Sculpter des bélugas de neige pour la conservation marine

  • Béluga de Hugues © Photos SNAP Québec
    13 / 02 / 2014 Par Christine Gilliet – Mots et Marées -

    Il faut créer plus d’aires marines protégées au Québec, et vite. C’est le message que les citoyens envoient aux décideurs par l’entremise de la section québécoise de la SNAP. L’organisme diffuse les premières photos de l’animal emblématique du Saint-Laurent.

    Dans son site Internet, la Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP) section Québec invite les citoyens à mettre les mains dans la neige pour modeler un béluga et en envoyer la photo pour publication dans leur site. « Saviez-vous qu’il ne reste à ce jour dans le Saint-Laurent que 890 bélugas? »: c’est avec cette question que l’organisme interpelle le public.

    L’invitation, qui a débuté avec les premiers jours de février, « est partie d’une initiative citoyenne, explique Patrick Nadeau, directeur général de la SNAP Québec. Des gens de notre entourage nous ont demandé comment ils pouvaient symboliser leur appui à la conservation marine. Ils nous ont donné l’idée, qu’on a trouvée géniale, et on a décidé d’en faire la promotion ».

    Une douzaine de personnes, tout d’abord des proches de la SNAP, ont envoyé la photo de leur béluga sculpté dans la cour de leur maison ou ailleurs dans leur municipalité. L’organisme s’attend maintenant à un apport plus important de clichés pris à travers la province.

    Soutenir la campagne et accélérer le pas

    M. Nadeau poursuit : « Depuis quelques mois, plusieurs enjeux touchant le milieu marin et le béluga ont été exposés dans les médias, et les gens ont été sensibilisés. Par exemple, on parle du projet de port pétrolier de Cacouna qui se trouve en plein milieu de la pouponnière des bélugas et au cœur d’un projet de création d’une AMP [aire marine protégée] mené depuis plusieurs années. Il y a aussi le débat autour du projet d’AMP du banc des Américains en Gaspésie. Le béluga constitue un symbole très fort. »

    Si plusieurs projets d’AMP sont à l’étude au Québec, seulement 1,3 % du milieu marin est protégé de manière satisfaisante, selon la SNAP, avec le parc marin du Saguenay–Saint-Laurent créé en 1998 dans l’estuaire maritime par le gouvernement fédéral et provincial. Aucune AMP n’a été aménagée dans le golfe qui regorge d’écosystèmes tout aussi sensibles. Il est dans le même temps convoité pour l’implantation d’une industrie d’exploitation d’hydrocarbures. « Cette activité ludique a un enjeu très sérieux, souligne Nadeau, celui d’adresser un message aux décideurs. »

    En juin 2010, l’Assemblée nationale du Québec a reconnu que les AMP étaient d’importants outils de conservation du milieu marin. Un an plus tard, le gouvernement provincial s’est engagé à créer un réseau d’aires marines protégées représentant 10 % du territoire d’ici 2015. La réalisation de cet engagement a été reportée en 2020. Pour la SNAP Québec, les avancées se mesurent donc au rythme d’un pas de tortue. L’organisme mène depuis plusieurs années une campagne pour la création d’un réseau de 12 AMP au Québec.

    Aires marines protégées et béluga

    Une AMP est une zone géographique délimitée pour protéger à long terme les espèces et leurs habitats tout en favorisant un développement socioéconomique durable. Dans le monde, les AMP sont reconnues pour être des outils efficaces pour améliorer la santé des espèces en termes de densité et de diversité. Elles poursuivent l’objectif de renforcer la résistance des écosystèmes aux menaces qui s’accumulent sur leurs habitats dans un contexte de changements climatiques.

    La population des bélugas du Saint-Laurent, décimée par une chasse excessive, n’a pas augmenté depuis son arrêt en 1979. Les récentes analyses des scientifiques montrent qu’elle subit un déclin depuis le début des années 2000 et a enregistré un taux alarmant en 2012 de mortalités parmi les nouveau-nés.

    Dans les années 1980, le béluga a été le moteur d’une forte mobilisation qui a permis d’améliorer l’état des eaux du Saint-Laurent, contaminées par les activités industrielles de l’époque. La mobilisation des scientifiques, des citoyens et des gouvernements a abouti à la création du parc marin du Saguenay–Saint-Laurent et à une réglementation des activités dans ses délimitations.

    Voici quelques réalisations :

     

    Crédit photo : © Photos SNAP Québec

    Sources:

    Sur le site de la Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP) section Québec:
    Des bélugas de neige pour la conservation marine au Québec

    Pour en savoir plus:

    Sur le site de la Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP) section Québec:
    Les aires marines protégées

    Sur le site de Baleines en direct:
    Les bélugas du Saint-Laurent sont en déclin
    Le béluga