Un phoque à Trois-Rivières

  • La présence d'un phoque du Groenland surprend, mais n'est pas nécessairement problématique. © GREMM
    23 / 07 / 2019 Par Marie-Ève Muller

    À la grande surprise des Trifluviens, un phoque est observé sur les berges autour de Trois-Rivières. Depuis le 1er juillet, le Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins reçoit des signalements d’un pinnipède dans le secteur, à différents endroits. Selon les photos reçues, un phoque du Groenland, une espèce qu’on retrouve dans le Saint-Laurent habituellement en hiver, se trouvait dans le secteur en début du mois. Le 23 juillet, ce sont plutôt des photos d’un phoque barbu, une espèce habituellement trouvée en Arctique, qui sont reçues. Si la présence d’un phoque dans la partie non salée du fleuve n’est pas fréquente, elle arrive pratiquement chaque année. Le phoque, peu importe son espèce, n’est pas en danger en étant présent en Mauricie, mais pourrait le devenir s’il se trouve harcelé par des humains ou si des embarcations s’approchaient trop de lui.

    Un phoque barbu est photographié le 23 juillet en matinée à Trois-Rivières. © Sylvie Meunier

    Les phoques sortent hors de l’eau pour se reposer, pour muer ou encore pour mettre bas durant la saison des naissances. Si un phoque décide de sortir de l’eau, c’est qu’il en a besoin. Il ne doit donc pas être repoussé à l’eau. Le phoque devrait repartir de lui-même vers son aire de répartition habituelle au moment opportun. Si vous observez un phoque dans le secteur de Trois-Rivières, veuillez composer sans tarder le 1-877-7baleine (1-877-722-5346).

    Vous observez un phoque? Voici quelques éléments à garder en tête.

    + Il est normal qu’un phoque sorte hors de l’eau.

    + Gardez vos distances (au moins 50 mètres) pour que le phoque puisse se reposer et se déplacer sans entraves.

    + Il est illégal de manipuler un phoque, de le forcer à retourner à l’eau ou d’interagir avec lui d’une quelconque façon.

    + N’essayez pas de le nourrir. Sa survie dépend de sa capacité à s’alimenter par lui-même de proies fraiches.

    + Ne tentez pas de le repousser à l’eau ni de l’arroser.

    + Si vous êtes sur l’eau en bateau, soyez encore plus vigilant qu’à l’habitude pour éviter d’entrer en collision avec le phoque ou de trop l’approcher.

    + Attention! Un phoque peut se déplacer rapidement et être imprévisible. C’est un animal sauvage qui peut mordre et transmettre des maladies.

    + Tenez les chiens en laisse. Un chien se promenant librement risque de s’approcher du phoque, ce qui augmentera son stress et provoquera des réactions d’agressivité qui pourrait blesser votre animal de compagnie.

    Les phoques peuvent rester plus ou moins longtemps dans un secteur hors de leur aire de répartition habituelle. En 2012, un phoque barbu a été observé dans la rivière Saint-Maurice, près de Trois-Rivières, puis ailleurs dans le Saint-Laurent. Son état corporel démontrait qu’il se nourrissait bien. Le phoque barbu est finalement reparti par lui-même. Depuis, presque chaque année, un phoque barbu (on ne sait pas s’il s’agit du même individu) a été observé dans le secteur.

    Pour en savoir plus

    Fiche signalétique du phoque du Groenland (Pêches et Océans Canada)

    Fiche signalétique du phoque barbu (Pêches et Océans Canada)

    Pourquoi les phoques sortent-ils de l’eau? (Baleines en direct)