Pascolio, petits rorquals et le printemps des oiseaux marins… par Renaud Pintiaux

  • Si les baleines sont encore discrètes, les oiseaux marins nous en mettent plein la vue! © Renaud Pintiaux
    17 / 05 / 2018 Par Renaud Pintiaux

    Même si c’est encore bien calme dans mon secteur (de Tadoussac aux Escoumins), j’ai pu faire quelques belles observations en ce milieu du mois de mai.

    Ces derniers jours, plusieurs groupes de bélugas circulent dans l’embouchure du Saguenay et plus au large près de l’ile Rouge. Deux jours de suite, près de la batture aux Alouettes, devant le village de Tadoussac, je repère le béluga surnommé «Pascolio», un individu avec une grosse malformation du dos bien connu de l’équipe du GREMM depuis… 33 ans!

    Les déformations majeures de la colonne vertébrale accompagnées d’une petite cicatrice dans le creux de l’une d’entre elles sont les traits distinctifs de Pascolio. © Renaud Pintiaux

    Quelques petits rorquals (5 individus repérés le 12 mai dernier) sont présents au large de Tadoussac.

    Un des petits rorquals observés le 12 mai dernier. © Renaud Pintiaux

    S’il y a peu de baleines, les oiseaux marins sont foisons! Toujours des milliers de hareldes kakawis au large ou près des rivages.

    Harelde kakawi © Renaud Pintiaux

    C’est une merveilleuse saison pour admirer la beauté des macreuses. Macreuses à bec jaune (les plus nombreuses au printemps), à front blanc et brunes (plus rares ici). Du haut des dunes de Tadoussac ou depuis le quai des Escoumins, quand il n’y a pas de vent, c’est un réel bonheur d’écouter le chant mélancoliquedes macreuses à bec jaune.

    C’est le printemps et donc la période des parades nuptiales. Aux Escoumins, j’observe la parade nuptiale des mâles garrots d’Islande. Mouvements de tête de gauche à droite, tête positionnée au ras de l’eau avec le bec ouvert ou tête relevée fièrement, c’est vraiment un spectacle amusant!

    C’est aussi le temps de la construction des nids, notamment pour les cormorans à aigrettes. Plusieurs centaines d’individus nichent sur la batture aux Alouettes devant le village de Baie-Sainte-Catherine. Beaucoup de cormorans font des allées-venues entre cette « presqu’ile» et les rivages pour aller chercher des branches, des herbes ou des roseaux afin de bâtir leur nid.

    Un cormoran à aigrettes transporte une brindille pour son nid. © Renaud Pintiaux

    De nombreux plongeons huards sont également observés, non loin des rivages. Ils vont bientôt gagner leurs sites de nidification maintenant que les lacs sont calés.

    Un plongeon huard © Renaud Pintiaux

     

    Le phare du haut-fond Prince, qu’on surnomme la Toupie. © Renaud Pintiaux


    Assistant de recherche au GREMM de 2003 à 2009 et de 2012 à 2014, Renaud Pintiaux est un observateur et un photographe passionné. Hiver comme été, de la rive ou en bateau, il saisit toutes les occasions de rencontrer les mammifères marins et les oiseaux du parc marin du Saguenay-Saint-Laurent.