Règlement sur les mammifères marins: Observer à au moins 100 mètres de distance, partout au Canada

  • Dorénavant, partout au Canada, il est obligatoire de conserver une distance d'au moins 100 mètres avec les mammifères marins © GREMM
    11 / 07 / 2018 Par Marie-Ève Muller - / /

    La nouvelle réjouit toutes les personnes qui travaillent à la conservation des mammifères marins. Dorénavant, il est interdit d’approcher des mammifères marins à moins de 100 mètres de distance, et ce, partout au Canada. Avant le 11 juillet 2018, il n’existait pas de restriction quant à l’approche des mammifères marins, sauf quelques règlements régionaux ou des directives d’application volontaire.

    Le règlement touche tous les types d’embarcations – kayak, chaloupe, zodiac, voilier, etc. –, conduites par des professionnels ou par des plaisanciers. Certaines distances s’appliquent pour des espèces particulières ou des situations particulières:

    200 mètres pour toutes les populations d’épaulards vivant en Colombie-Britannique et dans l’océan Pacifique;

    200 mètres pour l’ensemble des baleines, dauphins et marsouins qui vivent dans le parc marin du Saguenay–Saint-Laurent;

    400 mètres pour les espèces, menacées ou en voie de disparition, de baleines, de dauphins et de marsouins, qui vivent dans l’estuaire du Saint-Laurent;

    50 mètres pour certains secteurs de l’estuaire Churchill (qui comprend la rivière Churchill) et certains secteurs de la rivière Seal;

    200 mètres avec un cétacé en repos ou avec un veau.

    © Pêches et Océans Canada

    «C’est une excellente nouvelle pour le béluga du Saint-Laurent», déclare Robert Michaud, directeur scientifique du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins. «Pour les bélugas, la distance de 400 mètres sera appliquée à l’intérieur de toute leur aire de répartition estivale, et non plus seulement dans le secteur du parc marin. C’est vraiment une avancée importante.» Esther Blier, directrice générale du Réseau d’Observation des Mammifères Marins (ROMM), partage cet avis: « C’est une avancée pour la conservation et nous allons adapter notre effort de sensibilisation aux près de nos membres pour respecter la nouvelle réglementation.»

    Les distances d’approches ont été basées sur de nombreuses études sur les différentes espèces, afin de minimiser leur dérangement. En effet, on sait que le rorqual bleu ne s’alimente pas de la même façon lorsque des embarcations se trouvent à moins de 400 mètres de distance, par exemple.

    Interdiction de déranger un mammifère marin

    La mise à jour du Règlement précise également ce qui est inclus dans l’interdiction de perturber un mammifère marin :

    le nourrir;

    nager ou interagir avec lui;

    le déplacer (ou l’obliger à se déplacer);

    le séparer de son groupe ou se placer entre une femelle et son petit;

    piéger des mammifères marins entre un navire et le rivage, ou entre des bateaux;

    l’étiqueter ou le marquer.

    Des amendes pourront être données aux personnes contrevenantes.

    Des recommandations sont aussi formulées en présence de marsouins ou de dauphins jouant dans le sillage d’une embarcation et en présence des phoques et des otaries, dans l’eau et sur la terre.

    Et le règlement du parc marin?

    Les règles spécifiques au parc marin Saguenay–Saint-Laurent continueront de s’appliquer comme à l’habitude. Les entreprises ou les groupes de recherche détenant des permis dans le parc marin ne verront pas de changement à leur règlementation.

    Pour en savoir plus

    Règlement sur les mammifères marins de la Loi sur les pêches (Pêches et Océans Canada, mis à jour le 21 juin 2018)

    Observation de la faune marine (Pêches et Océans Canada, mis à jour le 11/07/2018)


    Marie-Ève Muller s’occupe des communications du GREMM. Comme rédactrice en chef de Baleines en direct, elle dévore les recherches et s’abreuve aux récits des scientifiques et des observateurs. Issue du milieu de la littérature et du journalisme, Marie-Ève cherche à mettre en mots et en images la fragile réalité des cétacés.