Bp955, dit « Ti-Croche »

Ses traits distinctifs

Sa nageoire dorsale est fortement arquée vers l’arrière et s’apparente à la forme d’un crochet. Toutefois, c’est la ressemblance de la nageoire dorsale de Bp955 avec celle de la défunte Capitaine Crochet qui lui a valu le surnom de « Ti-Croche ».

 Son histoire

La forme de sa nageoire dorsale rappelle la grande disparue de 2013, Capitaine Crochet (Bp050). Grâce à un suivi par photo-identification, il a été possible d’établir en mai 2018 qu’effectivement, Capitaine Crochet est la mère de Ti-Croche. Une photo particulièrement claire prise le 27 mai 2018 par un collaborateur du GREMM a permis de comparer le chevron du veau accompagnant Capitaine Crochet sur une photo de 2009. Fait intéressant, Capitaine Crochet faisait partie des rorquals communs vus tôt dans la saison. Ti-Croche semble poursuivre cette tradition.

En 2016, Bp955, alias Ti-Croche, n’avait pas encore atteint sa taille adulte.


Une rumeur confirmée!

Tiré du bulletin Portrait de baleines, 15 juin 2018, par Camille Bégin Marchand

Surnommé « Ti-Croche », Bp955 se reconnait rapidement grâce à sa nageoire dorsale fortement arquée qui rappelle la forme d’un crochet. Au début du mois de mai de cette année, il est observé pour la première fois dans le parc marin. Des photos prises en 2009 par des collaborateurs, Catherine Dubé et Renaud Pintiaux, ont été comparées à des photos récentes et ont permis de confirmer l’identité de ce visiteur grâce à la forme de son chevron. Les rumeurs passées étaient bel et bien fondées : il s’agit en effet du baleineau qui accompagnait la bien connue Capitaine Crochet en 2009. Cette année-là, Ti-Croche a été identifié pour la première fois et observé plusieurs fois aux côtés de Capitaine Crochet au cours de l’été, ce qui nous avait permis de supposer qu’il s’agissait de son baleineau. Il serait maintenant âgé de presque 10 ans. Tout comme le faisait Capitaine Crochet, avant d’être vue une dernière fois 2013 empêtrée dans les cordages d’une cage à crabe, Ti-Croche fait ses apparitions dans l’estuaire tôt en saison, à la fin du printemps. Deviendra-t-il, lui aussi, un ambassadeur du parc marin?

Chez le rorqual commun, l’association mère-baleineau persiste rarement après le sevrage, qui a lieu vers l’âge de 6 à 7 mois. Dans l’estuaire du Saint-Laurent, il arrive que les chercheurs du GREMM observent un même baleineau en compagnie d’individus adultes différents dans une même saison. La raison de ces « fréquentations » variées demeure inconnue. C’est pour cette raison qu’avant d’émettre l’hypothèse d’un lien familial entre deux individus, il faut avoir observé le baleineau au flanc d’un même individu présumé femelle plusieurs fois au fil d’une même saison. C’était le cas de Ti-Croche, lors de sa première visite en 2009. Dans une situation de manque d’observation, une biopsie et des analyses génétiques permettent de confirmer hors de tout doute l’affiliation génétique entre un baleineau et un adulte, mais cet aspect n’est pas étudié sur les rorquals communs de l’estuaire du Saint-Laurent.

Dans le monde, le rorqual commun est plus souvent observé en solitaire ou en petit groupe de 2 ou 3 individus. Or, dans l’estuaire, certains se souviendront très bien des grands groupes composés d’une dizaine d’individus, un phénomène peu documenté ailleurs dans le monde. Qu’est-ce qui fait se réunir les rorquals communs dans l’estuaire ? Pour l’instant, le phénomène reste inexpliqué.

 

Un air de famille?

Tiré du bulletin Portrait de baleines, 7 juillet 2017, par Audrey Tawel-Thibert

L’été dernier, un rorqual commun inconnu faisait une entrée remarquée dans l’estuaire. La dorsale qu’il arborait, s’apparentant à un crochet, avait entrainé une vague d’espoir générale chez les capitaines et naturalistes de la région : cet attribut physique particulier rappelait la grande disparue de 2013, Capitaine Crochet (Bp050). Rapidement, on se mit à désigner le nouveau visiteur sous le nom de « Ti-Croche », d’autant plus que ce nouveau venu n’avait pas encore tout à fait atteint sa taille adulte. Mais Bp955 (son numéro d’identification) est-il vraiment la progéniture de la regrettée Capitaine Crochet ?

Séparation d’un échantillon de gras et de peau.

Séparation d’un échantillon de gras et de peau.

Le trépas présumé du célèbre rorqual commun Capitaine Crochet avait causé beaucoup d’émoi au sein de l’industrie de l’observation des baleines du parc marin ainsi que chez les chercheurs et le grand public. On se rappelle que cette femelle avait été aperçue coiffée d’une cage de pêche au crabe, amaigrie, et les tentatives pour la secourir n’avaient pas donné les résultats escomptés; Capitaine Crochet a quitté le parc marin et n’est plus jamais revenue.

C’est sa nageoire dorsale, fortement arquée vers l’arrière, qui lui avait valu son nom. Mais si la ressemblance entre la dorsale de Capitaine Crochet et celle de Bp955 encourage les conclusions hâtives, il vaudrait mieux faire preuve de prudence : la forme d’une nageoire n’est pas un critère d’identification suffisant pour avancer l’existence de relations familiales. Par exemple, la dorsale de Bp955 ressemble à celle d’un autre individu identifié dans le catalogue du GREMM, soit Bp910.

En savoir plus

La fiche signalétique du rorqual commun