H855

Traits distinctifs

On le reconnait grâce à sa nageoire dorsale bien arrondie et portant une encoche à l’extrémité. Son patron de coloration sous-caudale a changé depuis l’année dernière, mais certaines marques sont encore évidentes. À la jonction entre les deux lobes, il y a deux petites taches blanches sur chacun d’entre eux. De plus, les dentelures de la queue n’ont pas changé et ont permis de confirmer qu’il s’agissait du même animal observé l’année dernière.

Son histoire

H855 a été observé en 2017 nageant près du flanc de la bien connue Tic Tac Toe. C’est d’ailleurs pourquoi ce jeune rorqual a été surnommé « Sudoku » par certains. H855 serait le troisième baleineau de Tic Tac Toe à visiter le parc marin, bien que des biopsies n’aient pas pu confirmer hors de tout doute leur lien de parenté. Tic Tac Toe, aussi dans le parc marin ces dernières semaines, ne semble pas fréquenter les mêmes secteurs en même temps que H855.


Tiré du bulletin Portrait de baleines, 17 août 2018

L’année dernière, ce jeune rorqual à bosse avait été observé plusieurs fois en train de s’élancer dans les airs. Cette année encore, il a offert ce spectacle à certains chanceux qui se trouvaient près de lui à ce moment.

Ces sauts hors de l’eau qu’on appelle « breach » en anglais sont aussi impressionnants que mystérieux. Pourquoi dépenser autant d’énergie pour parvenir à exécuter de tels exploits? Le jeu, la séduction, la compétition entre les mâles ; plusieurs hypothèses peuvent l’expliquer. Et cela varie selon les différents contextes !

Il semble que les acrobaties aériennes des rorquals à bosse serviraient aussi à la communication entre des groupes distancés d’au moins quatre kilomètres. De plus, en cas de conditions météorologiques qui rendent la communication entre individus plus difficiles, le bruit des vagues par exemple, ces sauts sont observés plus fréquemment.

Chez les jeunes rorquals à bosse, il semble que cette activité soit particulièrement bénéfique pour améliorer leurs capacités de plongée. Chez les baleines, l’oxygène est stocké en grande partie dans leurs muscles grâce à la myoglobine. C’est entre autres ce qui leur permet de rester longtemps sous l’eau. La production de myoglobine augmente plus rapidement chez les jeunes rorquals à bosse que chez d’autres espèces. Ces sauts effectués dès leurs premiers mois de vie permettraient aux muscles de se développer plus rapidement et stimuleraient donc la production de myoglobine. Est-ce pour cette raison que H855 sautait plusieurs fois dans les airs en 2017 ? Impossible de le confirmer.

En savoir plus

La fiche signalétique du rorqual à bosse