Le Symposium nomade des océans part à la découverte des baleines du Saint-Laurent

  • © M-Expertise Marine. Lyne Morissette, à la veille du départ
    05 / 09 / 2014 Par Christine Gilliet – Mots et Marées -

    C’est un voyage de 11 jours dans l’estuaire et le golfe qui allie science, formation, conservation et sensibilisation. Autour de la chef de mission Lyne Morissette, une équipe de scientifiques du Saint-Laurent, accompagnés de stagiaires, mèneront des recherches et tiendront des conférences à chaque escale.

    La scientifique et chef de mission Lyne Morissette, qui dirige M-Expertise Marine à l’initiative de ce projet, embarquera à bord du voilier de 20 m Roter Sand d’ÉcoMaris (une école environnementale en mer) du 9 au 20 septembre pour explorer le Saint-Laurent, effectuer des recherches sur les cétacés et tenir six conférences sur les lieux d’escales. « C’est un projet original, car nous allons au-devant du public, au lieu d’organiser un symposium à un endroit », explique Lyne Morissette. Avec une quinzaine de personnes à bord, le bateau quittera Rimouski le 10 septembre, après une première conférence à laquelle le public est invité. Il ralliera Sainte-Anne-des-Monts, Gaspé, Port-Meunier sur l’île d’Anticosti, Tadoussac et Québec.

    Partenariat de scientifiques et formation de stagiaires

    Une équipe de biologistes et chercheurs spécialistes des cétacés entourent Lyne Morissette pour ce projet et seront à bord, notamment un membre du du Réseau d’observation de mammifères marins (ROMM), Katy Gavrilchuk de la Station de recherche des Îles Mingan (MICS), spécialiste des rorquals, et Josiane Cabana du Réseau Québécois d’Urgences Mammifères Marins (RQUMM). D’autres les rejoindront ponctuellement pour participer à des travaux en mer, et lors des conférences, comme Nadia Ménard du parc marin du Saguenay–Saint-Laurent qui parlera à Tadoussac des aires marines protégées.

    Sept stagiaires sont accueillis à bord, qui veulent acquérir des connaissances sur les baleines du Saint-Laurent et se former aux techniques de la recherche sur les mammifères marins. Pas seulement des étudiants et jeunes chercheurs, mais aussi un couple de retraités et un amateur passionné, Jean-François Blouin, qui travaille en collaboration avec Moira Brown, la biologiste spécialiste des baleines noires de l’Atlantique Nord. Celui-ci documentera les observations de ces baleines dans le Saint-Laurent. « C’est une nouvelle sorte de nouveau tourisme scientifique qui leur donnera l’occasion de se plonger dans l’univers de la science au lieu d’embarquer pour une croisière standard. Nous sommes très contents de cette variété de personnes qui embarquent avec nous », souligne madame Morissette.

    Pendant la navigation, l’équipe scientifique et les stagiaires effectueront des recherches sur l’acoustique, les espèces menacées, les réseaux d’observation, les sauvetages et les échouages.

    Une série de conférences, deuxième volet de « Sur la Route des baleines »

    Le bateau naviguera à une moyenne de cinq nœuds, le plus possible à la voile, prévoyant d’arriver le matin à chaque escale alors que la conférence est prévue pour le soir. « Dans la journée, nous naviguerons et travaillons dans le secteur », ajoute la chef de mission. Lors des rencontres à terre et des conférences, les scientifiques présenteront les cétacés et les écosystèmes du Saint-Laurent, ainsi que les enjeux auxquels ils sont confrontés.

    Cette mission s’insère dans le projet Sur la Route des baleines, mené par Lyne Morissette depuis 2010 et financé par le Disney Worldwide Conservation Fund. Sur la route migratoire des rorquals à bosse, du Saint-Laurent aux Caraïbes, Lyne Morissette a développé un réseau de recherche sur cette espèce ayant pour objectif la mise en place d’aires marines protégées, le développement d’activités éducatives et de sensibilisation des jeunes et du public à la protection des océans.

    Une plateforme inusitée pour le Réseau d’Urgences Mammifères Marins

    Josiane Cabana, a été invitée à bord du Roter Sand à titre de responsable du Centre d’appels du RQUMM, pour assurer, comme à l’accoutumée, la réception des appels de personnes qui signaleront des mammifères marins en difficulté. Mais pendant le Symposium nomade, « c’est comme si le Réseau avait une plateforme en mer du 9 au 17 septembre, en collaboration avec une équipe à terre assurant un relais quand les liaisons téléphoniques feront défaut », précise-t-elle. « Lors des conférences, ma présence permettra d’établir des contacts avec les citoyens des villes et villages visités pour que les gens connaissent le Réseau. C’est un prolongement de la tournée printanière que j’ai réalisée à travers le Québec maritime, et nous continuerons à tisser des liens avec les bénévoles impliqués et les partenaires du Réseau. À bord, nous avons pour objectif de visualiser et si possible documenter les différentes menaces qui se trouvent dans l’habitat des mammifères marins, telles que les collisions avec les navires et les empêtrements dans les engins de pêche. »

    Pour suivre le Symposium nomade des océans 2014, le site de M-Expertise Marine sera mis à jour régulièrement, notamment avec une carte interactive et une conversation menée quasiment en direct avec le public. Ces informations seront relayées sur sa page Facebook et par son compte Twitter. Quant à Josiane Cabana du RQUMM, elle publiera plusieurs Carnets de terrain dans Baleines en direct.

    Sources

    Sur le site de M-Expertise Marine:

    Symposium nomade des océans 2014

    Sur le site d’Écomaris:

    Symposium nomade des océans 2014

    En savoir plus

    Sur le site de M-Expertise Marine:

    Projet « Sur la Route des baleines »

    Sur le site de Baleines en direct:

    Lyne Morissette

    Urgences Mammifères Marins

    Le Saint-Laurent des baleines