Le nettoyage du « septième continent » va débuter

  • L'initiative indépendante The Ocean Cleanup connaitra un premier déploiement en septembre pour ramasser des déchets plastiques dans l'océan Pacifique. © The Ocean Cleanup
    05 / 09 / 2018 Par Béatrice Riché - / /

    Le projet The Ocean Cleanup va déployer le 8 septembre prochain sa première barrière flottante, destinée à capturer les déchets dans les eaux du Pacifique Nord. Au cours des six prochains mois, une trentaine de barrières flottantes en forme de fer à cheval seront mises à l’eau pour nettoyer le « septième continent », cet amas de déchets plastiques, grand comme la province de Québec (1,6 million de kilomètres carrés), qui flotte à mi-chemin entre la Californie et Hawaï. L’opération sera suivie de près par les médias du monde entier. Jusqu’à quel point cette nouvelle technologie résoudra-t-elle le problème de la pollution des océans par les déchets plastiques?

    L’objectif du projet The Ocean Cleanup, lancé par l’inventeur néerlandais Boyan Slat à l’âge de 18 ans, est de nettoyer près de 50 % du septième continent en cinq ans — soit 36 000 tonnes de déchets plastiques sur les 79 000 comptabilisées lors d’une étude publiée en mars dernier dans Scientific Reports. Plus des trois quarts de la masse de ce continent sont actuellement constitués de débris de plus de 5 cm, dévoile également cette étude. « En enlevant le plastique alors qu’il est encore gros, nous l’empêcherons de se transformer en microplastiques dangereux », explique Boyan Slat sur son site Web. En mer, les déchets plastiques ont en effet tendance à se fragmenter en microparticules inférieures à cinq millimètres, appelées microplastiques. Ceux-ci, lorsque combinées à des particules d’origine biologique (par exemple des microplanctons vivants ou morts ou leurs matières fécales) forment en seulement quelques jours des agrégats qui descendent plus profondément dans la colonne d’eau.

    Ressemblants à des proies, les macroplastiques — c’est-à-dire les morceaux plus gros de plastiques — s’accumulent dans l’estomac des baleines, pouvant causer des perforations, des lésions, des blocages et de la malnutrition. Quant aux microplastiques, avalés involontairement par les animaux marins, ils peuvent contaminer la chaine alimentaire par le biais de métaux lourds toxiques, dévoile une étude publiée en février dernier dans PLoS ONE.

    Boyan Slat, l’initiateur de The Ocean Cleanup, est conscient que si on ne s’attaque pas à la source du problème, la pollution par le plastique continuera. © The Ocean Cleanup

    Boyan Slat et son équipe sont conscients que ce grand nettoyage, bien que nécessaire, ne résoudra pas à lui seul le problème du plastique dans les océans. « Si on laisse circuler le plastique [dans l’océan], il aura un impact sur nos écosystèmes, notre santé et nos économies. Résoudre [le problème de la pollution par le plastique] nécessite d’éliminer la source [de cette pollution] tout en nettoyant ce qui s’est déjà accumulé dans l’océan », indiquent-ils sur leur site Web.

    « La technologie élaborée par Boyan Slat ne permettra de collecter que les macroplastiques, c’est-à-dire les déchets suffisamment gros pour être perçu à l’œil nu », prévient Jeff Ghiglione, directeur de recherche en écotoxicologie au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), en entrevue avec le journal 20 minutes.

    « En ramassant 36 000 tonnes sur les 200 millions déversées dans les océans depuis 1950, Boyan Slat ne s’attaquera qu’à 0,02 % de cette pollution », calcule Alexandra Ter Halle chargée de recherche au CNRS où elle travaille sur la fragmentation des plastiques, également en entrevue à 20 minutes. « Il se dit en capacité de le faire en cinq ans. Mais sur ce laps de temps, si nous continuons sur cette mauvaise trajectoire de 20 millions de tonnes de déchets venus des continents et rejetés chaque année en mer, ce seront 100 millions tonnes de déchets qui auront terminé de nouveau leur course dans les océans. »

    C’est donc également sur les continents que les solutions sont à trouver, là où nous produisons, consommons et jetons, bien souvent après seulement quelques minutes d’utilisation, ces millions de tonnes de plastique chaque année.

     

    Nous avons aimé regarder

    L’inspirant TedTalk de Boyan Slat, âgé de 17 ans à l’époque.

    Comment fonctionnera la première barrière flottante?Elle sera propulsée par le courant, autonome et évolutive.

    Pour en savoir plus

    Pourquoi trouve-t-on parfois du plastique dans l’estomac des baleines?

    Pour arrêter le flux de matières plastiques vers l’océan

    Des initiatives prometteuses pour lutter contre la pollution par les plastiques

    Sources

    The Ocean Cleanup Is Starting, Aims To Cut Garbage Patch By 90% By 2040(Forbes, 28/08/2018)

    The Ocean Cleanup va lancer un premier barrage pour capturer les déchets du Pacifique nord(Mashable, 29/08/2018)

    Pollution plastique: Le projet « Ocean Cleanup » peut-il vraiment nettoyer les océans?(20 Minutes, 12/06/2018)

    (2018) Lebreton L., Slat B. Ferrari F., Sainte-Rose B., Aitken J., Marthouse R., Hajbane S., Cunsolo S., Schwarz A., Levivier A., Noble K., Debeljak P., Maral H., Schoeneich-Argent R., Brambini R. et Reisser J.  Evidence that the Great Pacific Garbage Patch is rapidly accumulating plastic. Scientific Reports 8, Article number: 4666. https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w

    (2018) Munier B. et Bendell L.I. Macro and micro plastics sorb and desorb metals and act as a point source of trace metals to coastal ecosystems. PLoS ONE 13(2): e0191759. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0191759

    Michels J., Stippkugel A., Lenz M., Wirtz K., Engel, A.2018. Rapid aggregation of biofilm-covered microplastics with marine biogenic particles. Proceedings of the Royal Society B: Biological Sciences.http://rspb.royalsocietypublishing.org/content/285/1885/20181203

     


    Après plusieurs années à l’étranger, à travailler sur la conservation des ressources naturelles, les espèces en péril et les changements climatiques, Béatrice Riché est de retour sur les rives du Saint-Laurent, qu’elle arpente tous les jours. Rédactrice pour le GREMM depuis 2016, elle écrit des histoires de baleines, inspirée par tout ce qui se passe ici et ailleurs.