La Coalition Saint-Laurent en tournée interprovinciale

  • 26 / 04 / 2012 Par Christine Gilliet – Mots et Marées -

    À Terre-Neuve, elle a organisé trois conférences et une rencontre stratégique avec les groupes environnementaux des cinq provinces du golfe du Saint-Laurent pour qu´un moratoire sur les activités d´exploitation d´hydrocarbures soit instauré dans cette petite mer semi-fermée et fragile. Pour la Journée de la Terre à Montréal, ils ont porté leur message en tête d´un cortège de 300 000 personnes.

    Depuis sa création il y a un an et demi, la Coalition Saint-Laurent a multiplié les occasions de rencontres au Québec avec les protecteurs du golfe pour les informer, les pousser à agir et à se faire entendre. Pour la première fois, trois membres de la Coalition, Danielle Giroux (Attention FragIles), Sylvain Archambault (SNAP-Québec) et Jean-Patrick Toussaint (Fondation David Suzuki), se sont rendus à Terre-Neuve pour organiser une rencontre les 15 et 16 avril 2012 avec des groupes environnementaux des cinq provinces côtières (Nouveau-Brunswick, Nouvelle-écosse, île-du-Prince-édouard, Terre-Neuve-et-Labrador et Québec). Leurs discussions ont porté sur les stratégies communes à adopter pour obtenir qu´un moratoire et une gestion intégrée de l´ensemble du golfe se mettent en place afin de protéger le golfe des impacts des activités d´exploration et d´exploitation de gaz et de pétrole.

    Informer pour agir collectivement dans un processus complexe

    « Nous avons rencontré des représentants des Premières Nations, des secteurs de la pêche, des scientifiques pour partager de manière rigoureuse l´information qu´on possède et expliquer pourquoi c´est nécessaire d´obtenir un moratoire dans le golfe, un moratoire de précaution, explique Danielle Giroux, porte-parole de la Coalition. Nous avons eu un accueil fabuleux. Ils vont initier des actions pour supporter la démarche. Avec le partage de nos outils, ils ne partent pas à zéro et peuvent se les approprier selon leur propre expertise ».

    Cinq provinces se partagent l´administration du golfe du Saint-Laurent tandis que le gouvernement fédéral assume de nombreuses responsabilités sur l´ensemble du territoire. Ces six juridictions compliquent ainsi grandement la gestion intégrée de cet écosystème unique et complexe. « Si nous désirons obtenir un moratoire à l´échelle du golfe, il faut que toutes les provinces soient impliquées, poursuit Danielle Giroux. Nous avons rencontré aussi le président de l´Office Canada-Terre-Neuve-et-Labrador des hydrocarbures côtiers et des agents de Pêches et Océans Canada. Nous avons émis des recommandations et des demandes quant au processus de la mise à jour de l´évaluation environnementale stratégique qui débute du côté terre-neuvien. Il n´est pas acceptable que les consultations publiques commencent en pleine saison de pêche et de tourisme, il faut les reporter à l´automne pour que les gens puissent participer. Nous avons fait rajouter le Nouveau-Brunswick et les Premières Nations qui n´étaient pas à l´agenda ».

    Rejoindre le grand public, de Terre-Neuve à Montréal

    La Coalition a également tenu trois conférences grand public sur le golfe du Saint-Laurent et sur les projets pétroliers qui le menacent, à Corner Brook et Stephenville sur la côte ouest de Terre-Neuve et dans la capitale Saint John´s, sur la côte atlantique. Elle a encouragé les populations à participer activement aux consultations publiques des mois prochains. La conférence à Saint John´s a été conjointement organisée avec deux groupes locaux, Nature Newfoundland and Labrador et Newfoundland and Labrador Environment Network (NLEN).

    Les membres de la Coalition ont rejoint directement Montréal à la suite de leur tournée terre-neuvienne pour participer à la manifestation du 22 avril de la Journée de la Terre. Au cœur des préoccupations des Québecois, les ressources naturelles et leur exploitation durable dans le respect de l´environnement et pour le bien de leurs communautés ont figuré au premier plan des revendications du cortège estimé à 300 000 personnes. La Coalition, qui regroupe aujourd´hui 80 organismes et 3 500 membres, a la « conviction qu´on a le pouvoir, collectivement, d´influencer le cours des choses, les processus. Nos actions le prouvent ».[Coalition Saint-Laurent, Ensemble]

    En savior plus

    Sur le site du journal Ensemble : 22 avril – Pour protéger le golfe du Saint-Laurent