La chasse industrielle du XXe siècle a vidé les océans de leurs baleines

  • Petit baleinier à vapeur équipé d’un canon à harpon à Sept-Îles (Québec, Canada) vers 1900
    domaine public
    09 / 04 / 2015 Par Christine Gilliet – Mots et Marées -

    2,9 millions de grands cétacés ont été tués à travers le monde en un seul siècle avec l’arrivée de moyens techniques très performants. C’est la première fois qu’une étude livre les chiffres mondiaux des captures, incluant ceux de la chasse illégale menée par l’Union soviétique. D’autres pays ont chassé malgré les premières interdictions des années 1930 qui sonnaient pourtant l’alarme du déclin de certaines populations. Un siècle dévastateur qui signe avec cette chasse la plus mauvaise gestion d’une ressource naturelle.

    La cascade de chiffres est effarante dans l’étude menée par Robert C. Rocha du New Bedford Whaling Museum aux États-Unis et publiée récemment dans le Marine Fisheries Review. C’est la première étude qui dresse un récapitulatif des nombres de baleines capturées dans le monde pendant le siècle dernier, de 1900 à 1999: 276 442 baleines ont été tuées dans l’Atlantique Nord, 563 696 dans le Pacifique Nord et 2 053 956 dans l’hémisphère sud. De manière très précise, le document présente en tableaux les captures effectuées par hémisphère et par espèce, année après année.

    Des moyens efficaces à grande échelle et des prises illégales

    L’étude a été réalisée, entre autres sources, à partir des données de la Commission baleinière internationale (CBI) et intègre les prises réellement effectuées par l’Union soviétique dans le Pacifique qui n’ont été dévoilées que récemment. Pendant 30 ans (entre 1948 et 1979), les Soviétiques ont pratiqué une chasse illégale en dépassant leurs quotas et en communiquant un nombre de captures inférieur au nombre réel. Une publication sortie en 2011 dans le Marine Fisheries Review avait livré, parmi d’autres rapports, la description du fonctionnement de cette chasse illégale, en 19 pages de texte, entrevues, photos et documents d’époque.

    Si le siècle dernier a été aussi dévastateur pour les baleines, c’est en raison des avancées technologiques qui ont permis à la chasse commerciale d’augmenter ses capacités et de devenir une véritable industrie. Il ne faut pas perdre de vue que la chasse commerciale a débuté certainement dès le IXe siècle dans les mers européennes pour se poursuivre et prendre son essor au XIIe siècle dans tous les océans. Dès la deuxième moitié du XIXe siècle, expliquent les auteurs de l’étude, les chasseurs norvégiens se sont dotés de bateaux à vapeur et de canons à harpons avec une tête explosive. À terre, les entreprises de traitement et de transformation des carcasses de baleines se sont modernisées selon les plus hauts standards industriels de l’époque, sur les côtes de l’Europe du Nord et du Japon. Quant aux pays de l’hémisphère sud, ils ont amorcé la même évolution un peu plus tard, dans le début des années 1900.

    Une à une, toutes les espèces ciblées malgré leur déclin

    Dans les graphiques, des pics révèlent les périodes de chasse les plus intensives pendant ce siècle: c’est entre 1925 et 1939 dans l’hémisphère sud et entre 1946 et 1975 dans les deux hémisphères. Les deux espèces qui ont été les plus capturées sont les rorquals communs avec 874 068 prises et les cachalots avec 761 523 prises, la somme des ces mortalités représentant plus de la moitié des prises de toutes les espèces de grandes baleines. Les auteurs de l’étude soulignent que chaque fois qu’une espèce déclinait, les chasseurs se mettaient à cibler une autre espèce de taille plus petite ou plus difficile à capturer en raison de sa vitesse de déplacement. Les rorquals bleus ont été l’espèce la plus chassée entre 1921 et 1935, et certaines de leurs populations ont été menées au bord de l’extinction, leur nombre ne représentant aujourd’hui que 1 % d’avant la chasse.

    L’historique de la chasse du XXe siècle est passé en revue dans la publication, des mesures d’interdiction de captures des années 1930 pour les espèces déjà en déclin jusqu’au moratoire international instauré en 1982 qui a pris effet en 1986. Les auteurs rapportent que, malgré ces premières interdictions, la chasse a continué, pratiquée de manière illégale par de nombreux pays. Malgré le moratoire, des pays continuent à chasser sans adhérer à la CBI: la Norvège et l’Islande capturent et font du commerce avec le petit rorqual. Le Japon poursuit ou tente de poursuivre aujourd’hui sa chasse dite scientifique malgré le jugement de la Cour internationale de justice.

    Les baleines ont été une ressource prépondérante dans l’économie de ce siècle, cette chasse effrénée en témoigne. Les auteurs de l’étude estiment en conclusion que cette chasse est le pire exemple parmi les mauvaises gestions d’une ressource exploitée à l’échelle mondiale. L’auteur principal confie dans une entrevue au Boston Magazine que même s’il savait que beaucoup de baleines avaient été tuées avant de mener son étude, il ne s’attendait pas à ce que ce nombre soit si important. Selon lui, l’approche industrielle de cette chasse a décimé les populations de baleines.

    Sources

    Sur le site de Marine Fisheries Review (en anglais seulement):

    Emptying the Oceans: A Summary of Industrial Whaling Catches in the 20th Century

    Soviet Illegal Whaling: The Devil and the Details

    Pour en savoir plus

    Sur le site de Boston Magazine (en anglais seulement):

    New Bedford Scientist: 2.9 Million Whales Were Killed in the 20th Century

    Sur le site du Devoir:

    Un siècle de chasse dévastateur

    Sur le site de Baleines en direct:

    La chasse à la baleine

    La chasse à la baleine (archives des Actualités d’ici et d’ailleurs)

    Les grands cétacés sont les maîtres d’œuvre de la santé des océans (archives des Actualités d’ici et d’ailleurs)