Filature d’un géant bleu

  • Rorqual bleu, avec sa balise télémétrique
    Véronique Lesage © Pêches et Océans Canada
    20 / 03 / 2015 Par Marie-Sophie Giroux

    Un souffle puissant suivi d’un dos interminable et pâle: «un rorqual bleu», conclut notre observateur posté à Pointe-des-Monts, le 12 mars. La semaine d’avant, parti chasser dans ce même secteur, il a aussi aperçu deux rorquals bleus. Ces géants, habituellement migrateurs, créent souvent la surprise en allongeant jusqu’au cœur de l’hiver leur séjour dans le Saint-Laurent. Ce garde-manger exceptionnel retient ces amateurs de krill.

    À des milliers de kilomètres de l’estuaire, le rorqual bleu B244, Symphonie, se trouve au large du plateau continental. L’équipe de la Station de recherche des Îles Mingan (MICS) connaît Symphonie depuis 1988. Le 4 novembre, l’équipe de Pêches et Océans Canada pose une balise près de sa nageoire dorsale alors qu’elle s’alimente au large de Forestville. Depuis, cette femelle a fait du chemin. En novembre, elle rejoint le plateau de la Nouvelle-Écosse après un passage dans le golfe du Saint-Laurent et le détroit de Cabot. Après avoir parcouru plus de 1000 kilomètres dans l’Atlantique, elle revient dans les eaux continentales à la mi-décembre. Puis, elle longe la côte est des États-Unis, pour finalement atteindre le cap Hatteras en Caroline du Nord à la mi-janvier.

    Pour suivre ses déplacements: la page Facebook du MICS et leur site Internet.

    Ces suivis télémétriques documentent les déplacements et les secteurs fréquentés par les rorquals bleus, dont leurs aires d’hivernage. Pêches et Océans Canada réalise ce projet. Ils collaborent avec le MICS et Alaska Sealife Center.