Deux nouvelles carcasses, et deuxième nécropsie de baleine noire de 2019

  • Les vétérinaires et biologistes ont commencé la nécropsie de Punctuation. © Pêches et Océans Canada
    25 / 06 / 2019 Par Marie-Ève Muller -

    Mise à jour 26 juin: Le gouvernement du Canada a annoncé par voie de communiqué avoir découvert deux nouvelles carcasses au large, près de la péninsule acadienne, au Nouveau-Brunswick, et à l’ouest des Îles-de-la-Madeleine, au Québec. Le compte est maintenant à quatre carcasses de baleines noires découvertes en eaux canadiennes en 2019.

    La nécropsie de la baleine noire connue sous le nom de Punctuation a commencé le 25 juin en matinée.  La carcasse a été découverte le 20 juin dernier et pourrait donc être en très mauvais état. Les mauvaises conditions météo n’ont permis qu’un remorquage tardif hier. La carcasse se trouve maintenant à Petit-Étang, en Nouvelle-Écosse.

    En près de 40 ans de vie, Punctuation a donné naissance à au moins huit baleineaux. Le premier a été observé en 1986 et le dernier en 2016. La perte d’une femelle reproductrice peut nuire au rétablissement de l’espèce en voie de disparition. Punctuation avait été vue dans le secteur des iles Mingan en 2017.

    Ironie du sort, la découverte de la carcasse de cette femelle est survenue la même journée que la parution d’une étude sur les causes de mortalité des baleines noires de l’Atlantique Nord. Paru dans la revue scientifique Diseases of Aquatic Organisms, l’article confirme que les empêtrements et les collisions sont les causes de mortalité les plus fréquentes pour cette espèce (88%), loin devant les causes naturelles. Les chercheurs se sont penchés sur les 70 carcasses de baleines noires découvertes entre 2003 et 2018. De ce nombre, les scientifiques ont pu confirmer les causes de décès pour 43 individus. Parmi eux, 22 sont morts des suites d’un empêtrement et 16 de collisions avec un navire. «La bonne nouvelle, c’est que les mortalités peuvent être prévenues si on met en place immédiatement des mesures de prévention précises et fortes, tant aux États-Unis qu’au Canada», affirme par voie de communiqué Dre Sarah Sharp, vétérinaire et pathologiste pour le Fonds international pour la santé animale (IFAW).

    La réduction de vitesse des embarcations, l’utilisation de corridor à fermetures dynamiques ou le détournement de routes maritimes, l’utilisation d’engins de pêche sans cordage sont toutes des pistes de protection qui peuvent être mises en place ou qui sont déjà mises en place.

    Pour en savoir plus

    L’étude sur les mortalités : Sharp SM, McLellan WA, Rotstein DS, Costidis AM and others (2019) Gross and histopathologic diagnoses from North Atlantic right whale Eubalaena glacialis mortalities between 2003 and 2018. Dis Aquat Org 135:1-31. https://doi.org/10.3354/dao03376 

    Le dossier sur les baleines noires de 2019 (Baleines en direct)