Maitrises et doctorat sur le béluga du Saint-Laurent

  • © Renaud Pintiaux
    16 / 01 / 2019 Par GREMM

    2019 s’annonce sous le signe du béluga du Saint-Laurent. Deux appels de candidature visent à trouver des étudiants-chercheurs pour un projet de maitrise et un projet de doctorat. Découvrez les offres ci-bas.

    Offre de maitrise UQAR

    Offre de maitrise UQAM

    Offre de doctorat UQO


    Offre de maitrise sur la tendance temporelle des contaminants environnementaux émergents chez le béluga de l’estuaire du Saint‐Laurent

    Le béluga de l’estuaire du Saint‐Laurent est inscrit sur la liste des espèces en voie de disparition depuis 2014 par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada. Cette petite population d’environ 900 individus vit dans un écosystème marin fortement impacté par les activités anthropiques en amont. Par conséquent, l’exposition chronique aux contaminants anthropiques a été suggérée comme un facteur pouvant affecter la santé du béluga de l’estuaire du Saint‐Laurent et le rétablissement de cette population.  Cependant, la présence et le devenir de nombreux contaminants émergents chez le béluga de l’estuaire du Saint‐Laurent demeurent encore inconnus. Les objectifs de ce projet sont d’étudier la présence et les tendances temporelles d’additifs industriels tels que les composés phénoliques synthétiques, les absorbants d’ultraviolets et les amines secondaires aromatiques dans les tissus du béluga de l’estuaire du Saint‐Laurent. Il s’agit d’un projet mené en collaboration avec l’Université du Québec à Montréal (co‐supervision: Jonathan Verreault), l’Université de Montréal, l’Université de Toronto, le GREMM, Environnement et Changement Climatique Canada et Pêches et Océans Canada.

    Informations complémentaires

    Financement de niveau maîtrise pour une période de deux ans. La maitrise doit débuter en mai ou en septembre 2019.

    Exigences

    • Satisfaire aux exigences de base d’admission au programme de maitrise en océanographie de l’UQAR;

    • B.Sc. en chimie, biochimie, biologie, océanographie ou dans une discipline connexe;

    • Connaissances en chimie analytique, écotoxicologie ou en chimie environnementale est un atout;

    • Maitrise du français. Une preuve de compétence en français sera requise pour les candidats non francophones (par exemple, score au test de français international supérieur à 650);

    • Une bonne maitrise de l’anglais est un atout.

     

    Pour postuler, envoyez au plus tard le février 18 2019 votre CV et votre relevé de notes de BSc à:

    Zhe Lu
    Institut des Sciences de la Mer de Rimouski
    Université du Québec à Rimouski
    Tél: 418‐723‐1986, poste 1174
    Courriel: zhe_lu@uqar.ca

     


     

    Projet de maitrise sur les effets des contaminants environnementaux sur les fonctions thyroïdiennes du béluga de l’estuaire du Saint‐Laurent – UQAM

    Projet

    La population de béluga de l’estuaire du Saint‐Laurent est inscrit sur la liste des espèces en voie de disparition depuis 2014. Cette population d’environ 900 individus vit dans un écosystème marin fortement impacté par les activités anthropiques en amont. Par conséquent, l’exposition chronique aux contaminants environnementaux a été suggérée comme un facteur pouvant affecter la santé des bélugas de l’estuaire du Saint-Laurent et le rétablissement de cette population. Par ailleurs, l’exposition à des contaminants pouvant perturber les fonctions thyroïdiennes tels que les retardateurs de flamme (ex. PBDE) a été suggérée comme une cause potentielle pour expliquer le nombre inhabituellement élevé de mortalités chez les bélugas femelles parturientes ainsi que les nouveau‐nés. Cependant, les effets des contaminants sur les bélugas de l’estuaire du Saint‐Laurent demeurent encore méconnus. L’objectif de ce projet est d’étudier les effets de certains contaminants sur des marqueurs génomiques (expression de gènes) et des hormones impliqués dans la régulation de l’axe thyroïdien chez le béluga. Ce projet est une collaboration entre l’UQAM (supervision principale: Jonathan Verreault), l’Université de Montréal (Stéphane Lair) et Environnement et Changement Climatique Canada (Magali Houde).

    Informations complémentaires

    Financement de niveau maitrise pour une période de deux ans.

    Travail sur le terrain et en laboratoire.

    La maitrise commencera en mai ou en septembre 2019.

    Exigences

    Satisfaire aux exigences de base d’admission au programme de maitrise en biologie de l’UQAM;

    B.Sc. en biochimie, biologie ou dans une discipline connexe. Des connaissances en écotoxicologie et en chimie de l’environnement représentent un atout;

    Très bonne maitrise de l’anglais et du français parlé et écrit.

    Pour appliquer, envoyez votre CV et relevé de notes (B.Sc.) avant le 1 mars 2019 à Jonathan Verreault [verreault.jonathan@uqam.ca]
    Département des sciences biologiques
    Université du Québec à Montréal
    Tél.: 514‐987‐3000, poste 1070

     


     

    Doctorat sur la sélection d’habitat, le déplacement et la dynamique de fission-fusion du béluga de l’estuaire du Saint-Laurent

    L’Institut des Sciences de la Forêt tempérée de l’Université du Québec en Outaouais offre une bourse de doctorat de 60 000$ (3 x 20 000$) pour un doctorat sur la sélection d’habitat, le déplacement et la dynamique de fission-fusion du béluga de l’estuaire du Saint-Laurent.

    Description du projet

    La population du béluga du Saint-Laurent est actuellement placée sur la liste des espèces en voie de disparition de la Loi sur les espèces en péril du Canada et la Loi sur les espèces menacées et vulnérables du Québec. Plusieurs menaces à son rétablissement sont reliées aux activités de navigation qui ont lieu dans son habitat essentiel estival, telles que l’exposition au bruit sous-marin et le dérangement. L’atténuation des impacts de la navigation passe par une bonne compréhension des facteurs qui déterminent les comportements de sélection d’habitat et de déplacement de
    cette espèce dans l’estuaire du Saint-Laurent et la rivière Saguenay (habitat estival). Or cette compréhension est très incomplète à l’heure actuelle, du fait que i) très peu d’études ont cherché à identifier les mécanismes sous-jacents à la répartition spatiale et au déplacement du béluga dans l’estuaire, et ii) les études n’ont pas pris en compte le comportement grégaire du béluga et la dynamique spatiale de fusion-fission des groupes qui y est associée.

    Ce projet de doctorat visera donc à identifier les facteurs (abiotiques et biotiques) qui déterminent la répartition spatiale et le déplacement des groupes de bélugas dans son habitat estival, en tenant compte du fait que les comportements de sélection d’habitat et de déplacement peuvent être influencés par le comportement grégaire de cette espèce, c.-à-d. la taille des groupes. Ce projet cherchera également à comprendre la dynamique de fusion-fission des groupes de bélugas, en s’intéressant aux conditions (p.ex., caractéristiques de l’habitat, moment de la journée, taille et composition du groupe) dans lesquelles des paires d’individus identifiés sont rencontrées dans un même groupe ou pas. Cela permettra d’interpréter la variation spatio-temporelle de la taille des groupes et ultimement, de contribuer à expliquer la répartition spatiale de cette espèce dans son habitat estival. Ce projet fournira des connaissances inédites qui seront valorisées et appliquées dans le contexte de la compréhension des effets du trafic maritime et du bruit sur la sélection d’habitats et le déplacement du béluga de l’estuaire du Saint-Laurent. Ces connaissances seront notamment intégrées dans un modèle de simulation des déplacements des bélugas à l’échelle de l’individu via une collaboration avec un des
    modélisateurs.

    Le projet reposera sur des bases de données déjà existantes, mais impliquera potentiellement du travail de prise de données dans l’estuaire du Saint-Laurent afin de compléter les jeux de données disponibles. Le (la) candidat(e) évoluera dans l’environnement de l’Institut des Sciences de la Forêt tempérée et effectuera des périodes de travail au GREMM (Tadoussac) et à l’Institut Maurice-Lamontagne (Pêches et Océans Canada).

    Le/La candidat(e) recherché(e) devra faire preuve de dynamisme, motivation, curiosité, d’initiative, de créativité en plus de démontrer d’excellentes capacités de travail en équipe. Il/Elle sera encouragé(e) à voyager pour des communications scientifiques, et des rencontres avec des partenaires et parties prenantes (selon la disponibilité du
    financement). Le financement du projet provient du gouvernement du Québec. Le/La candidat(e) sélectionné(e) participera à la production des livrables aux ministères concernés.

    Exigences

    Le (la) candidat(e) doit avoir complété une maîtrise en sciences biologiques, ou sciences connexes. Il (elle) doit idéalement avoir un dossier académique qui lui permet de participer aux concours de bourses de doctorat du FQRNT et CRSNG. Les expertises et compétences suivantes seront considérées comme des atouts:
    – expertise sur le comportement de sélection d’habitats et déplacement chez les espèces animales
    – expertise sur les comportements sociaux et la dynamique de fusion-fission des espèces animales grégaires
    – expertise sur les mammifères marins
    – très bonnes compétences en gestion et analyse de données avec le logiciel R

    Début du projet: septembre 2019
    Bourse: 20 000$/an pour 3 ans
    Supervision principale: Angélique Dupuch (UQO-ISFORT)
    Co-supervision : Véronique Lesage (MPO)
    Collaborateurs: Clément Chion (UQO-ISFORT), Robert Michaud (GREMM), Tyler Bonnell (UQO-Lethbridge University)

    Veuillez envoyer un relevé de notes de maîtrise et de baccalauréat, une lettre de motivation, un CV et le nom et les coordonnées de trois références à Angélique Dupuch, Clément Chion, Robert Michaud et Véronique Lesage aux adresses suivantes: angelique.dupuch @ uqo.ca, clementchion @ gmail.com, rmichaud @ gremm.org et veronique.lesage @ dfo-mpo.gc.ca.

    L’examen des candidatures se poursuivra jusqu’à ce que le poste soit pourvu.