31 aout 2018

  • 31 / 05 / 2019 Par Marie-Ève Muller

    Nous sommes à bord du Bleuvet en compagnie de la chercheuse Véronique Lesage de l’Institut Maurice-Lamontagne de Pêches et Océans Canada. Aujourd’hui, nous tenterons de poser une balise sur un béluga afin d’enregistrer les cris qu’il produit et de connaitre ses comportements. Nous naviguons au sud du phare du Haut-Fond-Prince parmi un troupeau divisé en quatre à cinq groupes. Parmi les bélugas présents, nous notons DL2071. Un individu s’approche du Bleuvet, nous tendons la perche au bout duquel est installée la balise. Victoire! Michel Moisan, notre technicien sénior, réussit à «taguer» à 9 h 23. Le béluga s’éloigne de son groupe, et les autres bélugas se dispersent aussi. Le défi commence : nous devons garder un contact visuel avec lui en tout temps. Lorsqu’il plonge, nous essayons d’estimer où il ressortira. Les vagues grossissent, rendant la tâche encore plus ardue. La composition du troupeau change, les bélugas sont maintenant répartis en trois groupes, entre lesquels ressort le béluga avec sa balise. Il reste en surface en repos, un comportement qu’on appelle «billotage» vu la ressemblance avec un billot de bois flottant. Surprise! Sans avertissement, à 10 h 24, la balise glisse du dos du béluga. Nous allons la récupérer pour en extraire les précieuses données.