27 AOUT 2018

  • 27 / 08 / 2018 Par Mélissa Tremblay

    Au large des Escoumins, l’équipe du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM) poursuit son programme de photo-identification des bélugas. Les conditions parfaites sont réunies : bonne luminosité et vent faible. À bord du Bleuvet, l’équipe repère un troupeau de bélugas réunissant environ 15 individus, pour la plupart des bélugas adultes. Le comportement du troupeau est très dynamique et les bélugas ne se laissent pas photographier facilement. Heureusement, nous parvenons à croquer le portrait de DL1390. À la surface, on voit des dos et des queues apparaitre, et des gerbes d’eau être projetées. En tendant l’oreille, un assistant de recherche entend même les bélugas vocaliser. Parfois, les bélugas nagent tous dans la même direction, mais cette fois, ils semblent vouloir aller chacun dans des directions différentes.

    Toute cette activité en surface intrigue l’équipe. Le drone est donc lancé pour pouvoir filmer du haut des airs la scène. Des taches roses contrastent parmi tout ce blanc : des pénis! C’est une chance de pouvoir filmer cette scène, car nous n’avons pas souvent accès à ce genre d’interactions en milieu naturel. Que font les bélugas? Nous ne sommes pourtant pas dans la période de reproduction des bélugas, qui a lieu au printemps. Se pourrait-il que les bélugas pratiquent des jeux sexuels? Ou est-ce là un entrainement pour la prochaine saison de reproduction? C’est en poursuivant des études à long terme que nous parviendrons à mieux comprendre la santé reproductive de ces cétacés.