20 aout 2018

  • 04 / 09 / 2019 Par Marie-Ève Muller

    Au cours de l’hiver dernier, nos assistants et assistantes de recherche ont commencé l’analyse minutieuse des 13 000 photos recueillies durant l’été 2018. Nous y avons retrouvé la trace de Solidaire au moins une fois. Voici le récit de cette rencontre.

    À bord du pneumatique de recherche, le BpJAM, nous sommes au large des Escoumins. Les reflets du soleil sur l’eau nous empêchent de compter avec certitudes, mais il y a au moins 70 bélugas devant nous. Nous nous approchons d’un groupe de 5 individus pour les photo-identifier. Soudain, nous apercevons des nageoires pectorales percer la surface, des queues s’élever hors de l’eau. Nous nous préparons à faire voler le drone, casque de hockey sur la tête et gants de cuir aux mains. Nous mettons également un hydrophone à l’eau, pour enregistrer les cris des bélugas.

    Le drone envolé, nous surveillons leurs comportements. Les larges épaules des baleines nous renseignent que nous observons un groupe de mâles. Ils interagissent fortement entre eux, se frôlent et se bousculent. Dans le groupe, nous reconnaissons Écho, Gaston, Solidaire, Lugi, DL2023 et DL0058. Le troupeau se divise en petits groupes d’une dizaine d’individus, tandis que certains bélugas nagent seuls. Deux jeunes bélugas gris et un presque blanc, que nous qualifions de blanc sale, s’approchent du bateau et viennent mordiller notre hydrophone. Les bélugas s’activent dans tous les sens, nous filmons durant les vingt minutes de vie de la batterie avant d’aller à la rencontre d’un autre groupe.