Samakwan

- Princesse Gabriella de Monaco
  • No d'identification : DL9042
  • Sexe : Présumée femelle
  • Naissance : Inconnue
  • Connu depuis : 2012
BLV120706_1106
BLV130913_1167
BLV170707_1002

Ses traits distinctifs

Samakwan se distingue des autres bélugas par une petite encoche à la fin de sa crête dorsale. On trouve aussi sur son flanc droit deux traits horizontaux, comme deux tirets de code morse ou encore deux lignes pour jouer au bonhomme pendu.

Son histoire

Samakwan signifie «eau» en langue malécite. Ce nom a été suggéré par la nation malécite de Viger, basée à Cacouna, un village près duquel les bélugas femelles et jeunes viennent socialiser.

Notre première rencontre avec Samakwan remonte à l’été 2012. À ce moment, sa peau était grise. Depuis, la coloration de sa peau a pâli un tout petit peu. On considère donc ce béluga comme juvénile. Le passage de la peau grise à la peau blanche survient entre l’âge de 12 et de 16 ans. Lorsque Samakwan sera entière-ment blanche, nous aurons une meilleure idée de l’année de sa naissance.

Nous présumons que Samakwan est une femelle, car lors de nos rencontres, elle se trouvait toujours parmi des groupes de femelles et de jeunes. Dans l’aire de répartition estivale, les femelles forment de grandes communautés dans lesquelles elles s’occupent des nouveau-nés et des jeunes. Ces communautés sont attachées à des territoires traditionnels, ce qui fait qu’on trouve la plupart du temps les mêmes femelles dans les mêmes régions. Elles n’ont pas tendance à rejoindre d’autres communautés.

Nous avons observé Samakwan en compagnie d’un nouveau-né une fois. Pour le moment, nous ne pouvons confirmer leur lien, car certaines femelles prendront soin d’autres veaux que le leur. Éventuellement, l’analyse de l’ADN extrait d’une biopsie prélevée sur son dos pourrait nous en révéler plus sur son histoire et sur sa filiation.

La suite de l’histoire de Samakwan nous apprendra beaucoup sur l’évolution de la vie sociale des bélugas. La verrons-nous à nouveau avec un jeune? Pourrons-nous alors confirmer que c’est le sien? C’est en comprenant comment vivent les bélugas que nous serons en mesure de mieux les protéger.

Historique des observations de Samakwan

Dernières nouvelles

  • 7 JUILLET 2017

    À bord du Bleuvet, notre équipe remonte la rivière Saguenay à la recherche de bélugas pour son programme de recherche par la photo-identification. À peine avons-nous passé la ligne des traversiers que nous rencontrons un troupeau composé d’environ trente bélugas. Nous sortons la caméra pour photographier les adultes et les jeunes qui nagent autour de nous. Nous notons beaucoup de bélugas à la peau très foncée, ces jeunes que nous surnommons bleuvet. Ces jeunes n’ont que quelques années de vie. D’autres sont gris plus pâle, comme Samakwan, que nous reconnaissons grâce à ses deux traits.

    Les bélugas changent de rythme. Tout à coup, leur nage serrée se démaille et nous voilà entourés de deux gros groupes. Quelques minutes plus tard, voilà les bélugas nageant en paire! Séparés ainsi, les bélugas nous demandent plus de temps pour réussir à prendre leur portrait. Au bout de deux heures, la pluie s’abat sur nous et le brouillard s’intensifie au large. Devant ces mauvaises conditions, nous laissons les bélugas poursuivre leur chemin.

Le parrain