DL9071

Disponible
  • No d'identification : DL9071
  • Sexe : Inconnu
  • Naissance : Vers 2004
  • Connu depuis : 2016
D_BLV160922_1195
D_GRM180904_1119

Ses traits distinctifs

La cicatrice de DL9071 est remarquable. Plusieurs petits points forment un croissant de lune sur son flanc droit. Pour le moment, il n’a pas été identifié du flanc gauche.

Son histoire

Lors de notre première rencontre avec DL9071 en septembre 2016, il était gris pâle, donc un jeune adulte. Nous l’avons revu pendant l’été 2018, et sa coloration reste légèrement grise, presque blanche. Le changement de couleur chez les bélugas, soit le passage du gris au blanc, survient entre l’âge de 12 et 16 ans. DL9071 est donc né vers 2004.

L’été, il existe une forte ségrégation entre les mâles et les femelles adultes; les femelles vivent en communauté avec les jeunes tandis que les mâles se retrouvent souvent dans des troupeaux unisexes. Pour le moment, nous avons observé DL9071 dans différents secteurs en compagnie de femelles, mais aussi de mâles. Sans biopsie, il nous est impossible de confirmer son sexe.

Au cours des prochaines années, les affiliations et les habitudes de déplacement de DL9071 devraient nous en révéler davantage sur son identité et sur sa vie sociale. En le connaissant mieux, nous comprendrons mieux le développement social des jeunes bélugas.

Historique des observations de DL9071

Dernières nouvelles

  • 4 septembre 2018

    À bord du BpJAM, le zodiac de recherche du GREMM, nous prenons le large tôt en matinée. La journée nuageuse nous offre une bonne visibilité. Sur l’eau, le vent crée de petites rides. Nous allons vers l’amont, et aux environs de l’anse du Chafaud aux Basques, entre Baie-Sainte-Catherine et Baie-des-Rochers, nous croisons la route d’un troupeau de 50 individus, composé majoritairement d’adultes. Le troupeau ne se laisse pas approcher facilement, les animaux se dispersent.

    Nous commençons à les photographier afin de les identifier. Durant les premières minutes, les bélugas font du surplace, puis, peu à peu, ils mettent le cap vers Saint-Siméon. Au plus fort de la marée haute, les animaux bifurquent et pointent maintenant vers la rive sud. C’est à ce moment que nous identifions la belle cicatrice en croissant de lune de DL9071. En surface, des queues et des têtes percent l’eau. Chaque individu photographié, nous reprenons notre route à la recherche d’un autre troupeau.

    Mise à jour: 5 décembre 2018