Construire une baleine

  • Les os de la baleine à bec © GREMM
    18 / 06 / 2014 Par Marie-Sophie Giroux -

    À VOIR et ENTENDRE:
    Entrevues accordées par Patrice Corbeil, directeur du CIMM,
    sur le projet d’exposition du squelette de la baleine à bec
    (mise à jour: 5 février 2014).

     

    Vous souvenez-vous de l’étonnante découverte d’une baleine à bec de Sowerby sur l’île aux Pommes le 3 juillet 2013? Une équipe de la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal et du GREMM s’était rendue sur place pour réaliser la nécropsie et la récupération du squelette. Mais l’aventure était bien loin d’être terminée, car cet hiver, Michel Martin et Patrick Bérubé, du GREMM, ont repris le travail afin d’ajouter le squelette, espèce rare et peu connue, à l’impressionnante collection du Centre d’interprétation des mammifères marins (CIMM) à Tadoussac.

    Soupe pour coeurs solides

    Mi-décembre, les os, entreposés à la Ferme 5 étoiles de Sacré-Coeur, sont rapatriés dans un atelier situé entre Sacré-Coeur et Tadoussac où nos deux collaborateurs amorcent le travail, soit d’enlever les restes de chair qui subsistent sur les os en les grattant et en les faisant chauffer dans l’eau. Il faut avoir le coeur solide pour résister aux odeurs qui se dégagent de cette «soupe». Coup de chance, le temps est doux et ils peuvent travailler à l’extérieur… jusqu’à ce que les grands froids arrivent! Impossible pour eux de poursuivre le travail dehors, les doigts et l’eau gèlent, alors ils s’installent à l’intérieur.

    Cure de beauté

    Prochaine étape: le dégraissage des os. Les os des baleines sont poreux et remplis de gras, qu’on doit absolument déloger pour prévenir suintements, odeurs et moisissures. Près de deux semaines ont été nécessaire à cette étape avant de plonger les ossements dans le peroxyde d’hydrogène, pour détruire tout ce qui serait encore putrescible sans endommager la délicate structure osseuse. Résultat: des os d’un beau blanc qui résisteront à l’épreuve du temps.

    Un casse-tête de plusieurs mètres

    Cette semaine, «l’équipe squelette» est de retour au CIMM où elle entamera le montage du squelette, soit un casse-tête long de 4m 69! «C’est fascinant de recréer une baleine et de lui faire vivre une seconde vie», déclare Michel Martin, enthousiaste à l’idée de revoir à nouveau cette mystérieuse baleine et de la faire découvrir au public dès ce printemps. C’est un rendez-vous! Le CIMM ouvrira ses portes le 12 mai prochain et la baleine à bec aura sa place parmi les géants exposés, notamment un cachalot, des petits rorquals, des bélugas, des dauphins et un marsouin.

    Le financement pour la réalisation du projet provient du Ministère de la Culture et des Communications, de la MRC de la Haute-Côte-Nord, d’Arrimage Québec et du CIMM.

     

    Dans les médias:

    Sur le site de CIMT/TVA, 18 juin 2014: Le squelette d’une baleine rare exposé à Tadoussac, entrevue de Patrice Corbeil, directeur du CIMM

    Sur le site Radio-Canada:

    5 février 2014: Entrevue de Patrice Corbeil, directeur du CIMM, à l’émission Bonjour la Côte, à partir de 8 min 20

    4 février 2014: Entrevue au Téléjournal/Est de Québec, choisir l’émission du 4 février (16 min 45)

    4 février 2014: Entrevue à l’émission Info-Réveil à partir de 7 min 17

     

    Pour en savoir plus:
    Nécropsie d’une baleine rare