« Pas de Stratégie maritime sans stratégie béluga » préviennent Nature Québec et la SNAP Québec

  • © GREMM
    © GREMM
    01 / 11 / 2016 Par Équipe BED

    Le 1er novembre 2016, lors d’une conférence de presse, Nature Québec et la SNAP Québec appellent à une stratégie béluga face à la stratégie maritime. M. Alain Branchaud, directeur général de la SNAP Québec, et M. Christian Simard, directeur général de Nature Québec, invitent le gouvernement du Canada et le gouvernement du Québec à repenser ensemble le développement maritime de façon à intégrer les nouvelles mesures de protection visant le béluga, une espèce en voie de disparition. Ils sont accompagnés de deux experts, Robert Michaud, président du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM) et Michel Bélanger, président du Centre québécois du droit de l’environnement (CQDE).

     

    Communiqué de presse, Nature Québec et SNAP Québec, 1er novembre 2016

    « Pas de Stratégie maritime sans stratégie béluga » préviennent Nature Québec et la SNAP Québec

    « Les gouvernements du Québec et du Canada ne peuvent développer une Stratégie maritime ou de développement économique sur le Saint-Laurent sans intégrer en amont une stratégie béluga » préviennent Christian Simard de Nature Québec et Alain Branchaud de la Société pour la nature et les parcs (SNAP Québec). « Les gouvernements et les acteurs économiques doivent tenir compte d’une nouvelle réalité incontournable : le statut du béluga du Saint-Laurent est passé d’espèce menacée à en voie de disparition et l’adoption de nouvelles mesures de protection plus sévères visant son habitat essentiel est imminente ».

    Les groupes se sentent interpelés et forcés d’intervenir par la rapidité du déploiement de certains projets d’infrastructure dans le cadre de la nouvelle Stratégie maritime du Québec ou du développement de certaines administrations portuaires fédérales. Ils citent notamment la future zone industrialo-portuaire de Cacouna qui se situerait au cœur de la pouponnière des bélugas et le projet de deux nouvelles infrastructures portuaires dans le Haut-Saguenay qui auraient pour effet de doubler la circulation maritime sur cette voie d’eau d’ici 4 ans.

    Une partie importante de l’habitat essentiel des bélugas est traversée par la voie maritime. Tout développement maritime dans le Saint-Laurent aura ultimement un impact sur ce secteur déjà fortement impacté. Pour Robert Michaud spécialiste des bélugas au GREMM, « il est essentiel d’assurer que les zones calmes, les refuges acoustiques des bélugas, comme le Saguenay et le secteur de Cacouna dans le chenal sud de l’estuaire le demeurent.»

    Vers une stratégie béluga

    Nature Québec et la SNAP Québec invitent le gouvernement du Canada et le gouvernement du Québec à travailler avec les milieux environnementaux et les acteurs économiques pour mettre en place rapidement une stratégie béluga. Ils proposent en priorité la mise en place de nouvelles aires protégées dans l’estuaire du Saint-Laurent afin de renforcer la résilience des espèces et des écosystèmes et d’assurer la présence de refuges acoustiques pour le béluga. Cette stratégie devrait également inclure une amélioration significative des mesures de conservation et de gestion de la partie de l’habitat essentiel située dans les limites actuelles du Parc marin du Saguenay-Saint-Laurent.

    « La feuille de route que nous proposons vers une stratégie béluga comprend l’intégration des scientifiques et des milieux environnementaux dans les instances décisionnelles liées à la stratégie maritime et l’élargissement des processus de consultation et de participation du public. Le développement du Saint-Laurent ne doit pas se décider derrière des portes closes et laisser à la marge la protection du béluga et des écosystèmes » a précisé Christian Simard, directeur général de Nature Québec.

    La feuille de route s’appuie également sur le respect de la Loi sur les espèces en péril (Canada) et de la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables (Québec). À cet effet, le ministre responsable de Pêches et Océans Canada a publié, le 14 mai dernier dans la Gazette du Canada, un projet d’arrêté ministériel visant la protection de l’habitat essentiel du béluga du Saint-Laurent. En vertu de la Loi sur les espèces en péril, l’adoption d’un arrêté ministériel en vertu de l’article 58 de la Loi sur les espèces en péril nous indique que les mesures de protection actuelles de l’habitat essentiel de l’espèce sont inadéquates. « La jurisprudence est sans équivoque, les mesures de protection légales mises en place doivent permettre l’atteinte des objectifs visés par la Loi et donc assurer les conditions du rétablissement de l’espèce » d’indiquer Alain Branchaud, directeur général de la SNAP Québec. « La mise en place des mesures de protection légales doit également se faire dans un délai raisonnable. Si l’arrêté ministériel avait été adopté dans les délais prévus par la LEP, la saga du terminal pétrolier de TransCanada à Cacouna aurait pu être évitée » d’ajouter Me Michel Bélanger, spécialiste en droit de l’environnement.

    En conclusion, Nature Québec et la SNAP Québec invitent l’ensemble des parties intéressées par la Stratégie maritime à être à l’écoute du message provenant du nid-de-pie : Iceberg en vue!

     

    Pour en savoir plus:

    Fiche sur la situation du béluga, la Loi sur les espèces en péril et feuille de route vers une stratégie béluga, préparée par Nature Québec et la SNAP Québec

    Sur Baleines en direct:
    Le béluga du Saint-Laurent
    Deux bélugas confiés aux premiers ministres du Québec et du Canada
    Nouveaux investissements dans le Saint-Laurent: une opportunité de concilier conservation et développement?