Les bonnes pratiques au Québec

Observation des mammifères marins

On veut voir les baleines, mais pas au prix de les déranger. En mai 2007, Pêches et Océans Canada a remplacé le code d’éthique en vigueur par Les bonnes pratiques pour l’observation des mammifères marins au Québec.

Ces bonnes pratiques s’inscrivent dans le cadre du Règlement sur la protection des mammifères marins de Pêches et Océans Canada, qui mentionne qu’il est interdit d’importuner un mammifère marin dans les eaux canadiennes. Ce Règlement est en révision afin de mieux encadrer les activités d’observation de mammifères marins partout au pays. En attendant cette nouvelle réglementation pan-canadienne, les bonnes pratiques pour l’observation des mammifères marins au Québec présentent des consignes claires et concrètes d’application volontaire.

Sur mer, sur terre ou dans les airs: tous les observateurs sont concernés

Ces bonnes pratiques visent à protéger les mammifères marins du Saint-Laurent. Elles s’appliquent à tous les types d’embarcations commerciales ou de plaisance incluant les motomarines, les kayaks et les voiliers. Elles s’appliquent également aux individus pratiquant la plongée sous-marine et aux aéronefs survolant les eaux.
Sur l’eau, ce document fixe des limites de distance, de vitesse, d’angle d’approche et de concentration de bateaux, et plus spécifiquement pour les espèces en péril et les échoueries de phoques. À terre, il indique la conduite à tenir pour l’observation des phoques au repos et en présence d’un phoque blessé.

Ces bonnes pratiques sont en vigueur dans tout le Saint-Laurent en dehors du parc marin du Saguenay–Saint-Laurent, où une réglementation spéciale prévaut depuis 2002: Le Règlement sur les activités en mer.

Quelle est la responsabilité des scientifiques qui étudient les baleines?

Des permis de pêche à des fins scientifiques et éducatives peuvent être émis selon l’article 52 du règlement de pêche général (dispositions générales). Ces permis sont émis à certaines conditions et permettent des approches ou des types de travaux comme des biopsies ou de la photo-identification qu’il serait difficile d’effectuer dans des conditions normales d’observation. Les titulaires de ces permis doivent hisser le drapeau qui leur a été remis par le Ministère et s’ils contreviennent aux conditions spécifiées sur leur permis, ils sont passibles de poursuite judiciaire.

Pour en savoir plus
Les bonnes pratiques pour l’observation des mammifères marins au Québec

 

 

Dernière mise à jour: mai 2013