Analyse des isotopes stables et des acides gras

Qu’est-ce que les baleines ont mangé ?

Pour connaître la diète d’une espèce de cétacé, les chercheurs peuvent récolter un échantillon de fèces ou analyser le contenu de l’estomac d’une carcasse. Ces deux techniques ont toutefois des limites; elles renseignent seulement sur ce que la baleine a ingéré dans les quelques repas précédents. Deux techniques permettent de se faire une meilleure idée de ce que mangent les baleines : l’analyse des isotopes stables d’azote (N) et de carbone (C) et celle des acides gras contenus dans les fanons et autres tissus des baleines.

mno-BPJ090823_2051-grm-e1360768335554-300x220

  • Rorqual à bosse en alimentation de surface
  • Crédit photo: © GREMM

Des témoins à questionner

Quand un rorqual s’échoue sur les rives du Saint-Laurent, l’équipe de Véronique Lesage (IML-MPO) se rend sur les lieux pour récupérer des « témoins » importants qui seront ensuite « questionnés » en laboratoire : des fanons et des échantillons de peau, gras et muscle. De plus, un programme de biopsie des grands rorquals permet d’obtenir des échantillons de peau et de gras sur des animaux vivants. Ces « témoins » révèleront le régime alimentaire des rorquals et son évolution dans le temps.

Les isotopes stables

Cette analyse consiste à mesurer l’abondance des isotopes stables 13C et 15N relativement aux formes plus courantes de ces éléments, 12C et 14N. Ces « signatures » permettent d’obtenir des informations sur le type de proies ingérées (ex. plancton ou poisson) et sur la région où l’animal s’est alimenté (ex. estuaire ou golfe). Les mesures obtenues dans les échantillons de peau et de muscle reflètent ce que le rorqual a mangé dans les deux derniers mois. Le fanon, lui, est une véritable archive des 10 à 15 années ayant précédé la mort de l’animal : plus on s’éloigne de la gencive, plus on remonte dans le temps!

Les acides gras

Il existe une grande diversité de chaînes d’acides gras dans les écosystèmes marins. Chaque espèce animale a une signature en acides gras qui lui est propre et qui dépend de son alimentation. En comparant les acides gras qu’on retrouve dans la couche de graisse d’une baleine avec ceux qu’on retrouve dans ses proies potentielles, on peut savoir les espèces qu’elle a consommées.

 

Dernière mise à jour: 2012