Quels liens unissent les rorquals communs de l’Atlantique Nord?

Les rorquals communs sont présents toute l’année et partout dans l’Atlantique. Le caractère cosmopolite des rorquals communs intrigue les biologistes. Y a-t-il des liens entre les rorquals communs observés en différents endroits de l’Atlantique?

BLV070702_1087

  • Groupe de rorquals communs
  • Crédit photo: © GREMM

Pour percer le miroir

Entre 1982 et 1994, plusieurs échantillons de peau ont été prélevés sur des rorquals communs dans six aires alimentation de part et d’autre de l’Atlantique Nord : le golfe du Saint-Laurent, le golfe du Maine, la côte Ouest du Groenland, l’Islande et la côte ouest de l’Espagne, ainsi que dans la mer Méditerranée. L’analyse génétique de l’ADN extrait de ces échantillons permet d’étudier la structure de la population en estimant les niveaux d’échange ou d’isolation entre les différents groupes.

En bref

Cette étude a mis en évidence des distinctions génétiques entre les rorquals communs de l’Atlantique Nord-Ouest, de l’Atlantique Nord-Est et de la Méditerranée. Elle n’a toutefois pas permis de déterminer à quel groupe appartiennent les animaux échantillonnés à l’ouest du Groenland et sur les côtes d’Islande. Ces résultats appuient l’hypothèse avancée au début du siècle par les biologistes qui étudiaient les animaux tués par les baleiniers. Ils soutenaient que les rorquals communs de l’Atlantique Nord se distribuent en plusieurs sous-populations qui effectuent de courtes migrations entre leurs aires d’alimentation et d’hivernage. Ces migrations favoriseraient des échanges entre sous-populations voisines.

Un projet de

M. Bérubé1, A. Aguilar2, D. Dendanto3, F. Larsen4, G. Notarbartolo di Sciara5, Richard Sears6, J. Sigurjónsson7, J. Urban-R.8, P. J. Palsbøll1, R. Michaud9 et J. Giard9

1. University of Wales 2. University of Barcelona 3. Allied Whale 4. Greenlandic Fisheries Research Institute 5. Tethys Research Institute 6. Mingan Island Cetacean Society (MICS) 7. Marine Research Institute, Iceland. 8. Universidad Autonoma de Baja California Sur 9. GREMM .

Partenaires

Commission baleinière internationale, Commission for Scientific Research (Groenland), Greenland Home Rule, Aage V. Jensens Charity Foundation, Danish Research Academy, Fondation Desjardins et Université McGill.


Références bibliographiques

Bérubé, M. 1998. Genetic structure and molecular ecology of the North Atlantic fin whale, Balaenoptera physalus (Linnaeus, 1758). Thèse de doctorat. Department of Natural Resource Sciences, Macdonald Campus of McGill University. 184pp.

Bérubé, M., Aguilar, A., Dendanto, D., Larsen, F., Notarbartolo-di-Sciara, G., Sears, R., Sigurjónsson, J., Urban-Ramirez, J., et Palsbøll, P. J. 1998. Population genetic structure of North Atlantic, Mediterranean Sea and Sea of Cortez fin whales, Balaenoptera physalus (Linnaeus, 1758); analysis of mitochondrial and nuclear loci. Molecular Ecology, 7 (5):585-599.

Notarbartolo di Sciara, G., Bérubé, M., Zanardelli, M., et Panigada, S. 1996. The role of the Mediterranean in the fin whale ecology: insight through genetics. European Research on Cetaceans, 9: 218.

 

Dernière mise à jour: 2002