Pourquoi les rorquals bleus du Saint-Laurent forment-ils des paires à l’automne?

Les rorquals bleus sont réputés être des géants solitaires. Pourtant, à l’automne, les rorquals bleus du Saint-Laurent sont très souvent observés en paire. Comment expliquer ce comportement?

BPJ050916_1028_640x260

  • Paire de rorquals bleu
  • Crédit photo : © GREMM

Pour percer le miroir

À partir de 1979, les observations comportementales sur le terrain et la photo-identification ont permis de documenter les associations entre animaux connus. À partir de 1988, le programme de biopsies a ajouté une information : le sexe de ces animaux.

En bref

Dès la fin juillet, les rorquals bleus du Saint-Laurent forment des paires plus ou moins stables, et le nombre de paires durables augmente en août, septembre et octobre; des paires ont même été vues jusqu’en décembre et janvier. Un rorqual bleu est à l’avant, suivi de près à l’arrière par un autre individu, et cette paire reste associée pour plus d’une journée, jusqu’à des semaines entières. Les biopsies ont révélé que dans la grande majorité des cas, les paires étaient composées d’un mâle et d’une femelle. Plus encore, il s’avère que dans chaque paire, la femelle, généralement plus grosse que le mâle, se trouve en position avant tandis que le mâle maintient sa place à l’arrière. La formation de paires serait un signe précurseur de la reproduction chez ces animaux. Comme les rorquals bleus se reproduisent au cours de la saison froide, l’automne serait le moment opportun pour que les mâles « se positionnent » près d’une femelle. Est-ce que les paires perdurent jusqu’au moment ultime? Difficile à dire puisque les observations durant l’hiver sont quasi inexistantes. Les paires sont-elles fidèles d’une saison à l’autre? Probablement pas. Ce projet sera approfondi dans le futur avec des données sur l’acoustique des animaux ainsi qu’avec des suivis de télémétrie radio.

Un projet de

Richard Sears la Station de recherche des îles Mingan (MICS)

Partenaires

Martine Bérubé pour l’Université de Californie à Berkeley, Catherine Berchok étudiante au SCRIPPS Institution of oceanography et Véronique Lesage de l’Institut Maurice-Lamontagne, Pêches et Océans Canada (IML-MPO).


En savoir plus

Sur le site du MICS

 

Dernière mise à jour: 2005