Effectuer un test de grossesse sur les cétacés dans leur milieu naturel, est-ce possible?

La santé d’une population repose en grande partie sur la reproduction. Évaluer le taux de gestation chez les femelles adultes peut donc être très révélateur. Le dosage de progestérone dans le gras des cétacés est prometteur pour servir de « test de grossesse ». Cette technique peut-elle être utile pour étudier les marsouins et bélugas du Saint-Laurent?

Pour percer le miroir

Les chercheurs peuvent prélever de minuscules morceaux de gras sur des cétacés dans leur milieu naturel grâce à une biopsie. Des études sur certaines espèces de cétacés ont révélé qu’un échantillon d’un gramme tout au plus est suffisant pour pratiquer un dosage de progestérone qui révèle si les femelles sont en gestation.

Afin de déterminer si un échantillonnage de ce type serait utile pour étudier deux espèces en péril dans le Saint-Laurent, le marsouin commun et le béluga, des dosages de progestérone ont été faits sur les carcasses de 38 bélugas (27 femelles, 11 mâles) et 31 marsouins communs (21 femelles, 10 mâles).

En bref

Ce projet a confirmé que des échantillons de gras de l’ordre de 0.25 à 1.0 g sont suffisants pour faire un dosage de progestérone chez ces espèces. Chez le béluga, il semble que l’analyse d’un échantillon provenant de la couche de gras superficielle (celle d’où proviennent les biopsies) serait efficace. Chez le marsouin, la couche interne était plus riche en hormones, mais la couche superficielle donnait tout de même des résultats satisfaisants. Ces informations confirment que la biopsie telle que pratiquée sur les bélugas du Saint-Laurent serait une technique efficace pour prélever des échantillons utilisables pour le dosage de progestérone.

Les comparaisons entre les mâles et les femelles et entre les femelles gestantes et non gestantes étaient concluantes. Le dosage de la progestérone dans le gras des marsouins communs et des bélugas obtenu par biopsie est donc une technique fiable pour déterminer si une femelle de ces espèces est gestante.

On peut ainsi conclure qu’il est possible de faire un test de grossesse sur des femelles bélugas et marsouins vivantes dans leur milieu naturel.

Un projet de

Bruno Dupré, Véronique Lesage et Yves Morin, Institut Maurice-Lamontagne (Pêches et Océans Canada), Robert Michaud, INESL et GREMM et Helga Guderley, Université Laval.

Partenaires

Programme de recherche sur les espèces en péril de Pêches et Océans Canada


En savoir plus

DUPRÉ, B, V. LESAGE, R. MICHAUD, Y. MORIN, H. GUDERLEY. 2004. Pregnancy determination in two species of odontocete whales using blubber samples. La 43ème réunion annuelle de la Société Canadienne de Zoologie Université Acadia University Wolfville, Nova Scotia, 11-15 mai 2004

KELLAR, N.M., M. L. TREGO, C.I. MARKS and A.E. DIZON. 2006. Determining pretentaine from blubber in three species of delphinids. Mar. Mam. Sci. 22(1): 1–16.

MANSOUR, A.A.H., D.W. McKAY, J. LIEN, J.C. ORR, J.H. BANOUB, N. OIEN and G. STENSON. 2002. Determination of pregnancy status from blubber samples in minke whales (Balaenoptera acutorostrata). Mar. Mam. Sci. 18: 112-120.

SHERIDAN, M.L., M.W. BROWN, A.A.H. MANSOUR, D.W. McKAY and J. LIEN. 2003. Determining pregnancy status of free-ranging North Atlantic right whales (Eubalaena glacialis) by quantifying progesterone in blubber biopsies. North Atlantic Right Whale Consortium Meeting Presentations, 2003.

 

Dernière mise à jour: 2008