Anik Boileau

Chercheuse éthologue et directrice du CERSI
Courriel: anikboileau@cersi.org

Pour le bien-être animal

Du plus loin qu’elle se souvienne, Anik Boileau a toujours été fascinée par les mammifères marins. C’est dès l’âge de 7 ans, en voyage à Percé, qu’elle tombe nez à nez avec un rorqual commun échoué. D’abord émue par cette rencontre, l’émotion laisse très vite place à ses premières réflexions scientifiques. Que lui est-il arrivé?

Quelques années plus tard, alors au cégep et suite à la lecture de Cassiopée-L’été des baleines de Michèle Marineau qu’une amie lui a vivement conseillé, elle découvre la Station de Recherche des Iles Mingan (MICS) et les stages étudiants que l’organisme propose. D’abord engagée pour 10 jours, elle y restera finalement 5 ans. Forte de son expérience, elle retourne sur les bancs de l’école où elle se spécialise en sciences du comportement. Elle rejoint l’American Psychological Association, dans laquelle elle s’intéresse particulièrement aux neurosciences comportementales et à la psychologie comparée. Elle poursuit par la suite un certificat en médecine vétérinaire, jonglant alors entre les sciences médicales et cognitives. Son parcours universitaire ne s’arrête pas là et c’est au cours de ses études de maîtrise à l’Université d’Édimbourg en médecine vétérinaire et bien-être animal qu’elle lie pleinement ses deux passions.

Aujourd’hui directrice du Centre d’éducation et de recherche de Sept-Îles (CERSI), qu’elle a créé en 2006, elle se donne pour mission la conservation et le bien-être des mammifères marins du Saint-Laurent. Les recherches menées au centre se concentrent sur les comportements et dynamiques d’interactions sociales chez les marsouins communs. Alarmée par le taux de mortalité anormalement élevé chez les nouveau-nés de ces petits cétacés, elle porte un projet phare sur les causes entourant ces décès. Travaillant en étroite collaboration avec Urgences Mammifères Marins, elle est la première sur les lieux lorsqu’il s’agit de marsouins échoués.

Ses étés, elle les passe en mer. Photo-identification de rorquals, observation des comportements de marsouins et nécropsies rythment une partie de son année. L’hiver, elle revêt le chapeau d’enseignante au cégep de Sept-Îles où elle transmet sa passion et son expertise aux chercheurs de demain.