Le sommeil

Dormir dans l’eau

Comment se reposer quand on passe toute sa vie dans l’eau et qu’on doit respirer? Les dauphins ne dorment que d’un œil, une partie du cerveau restant en éveil. Certaines baleines flottent en surface, d’autres ralentissent et cessent de plonger en profondeur, et d’autres encore se laissent couler au fond! Mais on ne sait toujours pas si elles rêvent…

BLV110710_1275_584-1

  • Bélugas en billotage
  • © GREMM

Ne dormir que d’un œil

Le principal défi à relever pour tout mammifère qui dort dans l’eau, c’est de constamment remonter en surface pour respirer, évitant par le fait même la noyade. La respiration est un mouvement volontaire chez les cétacés, ils doivent donc toujours maintenir un certain niveau de conscience afin de « penser » à respirer. Des études sur des dauphins en captivité ont démontré que, chez ces derniers, une moitié du cerveau est au repos tandis que l’autre veille à ce que la respiration soit effectuée. Les dauphins ne dorment donc que d’un œil! Pour ce qui est des grands cétacés comme les mysticètes, aucune étude n’a été réalisée pour caractériser leur sommeil. Est-ce que leur sommeil est similaire à celui des dauphins, d’autres mammifères marins, ou ont-ils tout simplement une technique bien à eux?

Jouer au billot de bois

Il n’est pas rare de voir une baleine se laisser flotter en surface, un comportement rappelant un billot de bois qui flotte. Cette technique est conséquemment appelée « billotage ». On peut voir des bélugas, des rorquals à bosse ou des baleines noires effectuer ce comportement en respirant lentement. D’autres espèces, comme le rorqual commun, nagent lentement, plutôt près de la surface, émergeant une partie de leur corps de façon régulière pour respirer. En captivité, des bélugas ont également été vus se reposant dans le fond du bassin.

  • Rorqual à bosse en « billotage » à la surface de l’eau
  • © GREMM

Faire de beaux rêves

La plupart des mammifères terrestres ont une période de sommeil caractérisée par des mouvements rapides des yeux; c’est le sommeil paradoxal, le moment privilégié pour le rêve. Des chercheurs ont observé, chez une jeune baleine grise et un béluga en captivité, des mouvements similaires, typiques du sommeil paradoxal. Les cétacés rêveraient-ils, eux aussi?

 

Dernière mise à jour: janvier 2014