Les parasites

© Grant Mathieu

  • Crédit photo : © Grant Mathieu

Les petits habitants des baleines

Des légendes très anciennes racontent que les matelots prenaient parfois les baleines pour des îles, allant jusqu’à débarquer sur leur dos et y faire du feu. On dit qu’il y a toujours une part de vérité dans les légendes. Voici donc quelques organismes qui peuplent les baleines, comme si elles étaient des îles…

Diatomées

Les plaques dorées que l’on peut distinguer sur le flanc de certaines baleines sont causées par des algues microscopiques, appelées diatomées. Chacune de ces algues est composée d’une seule cellule recouverte d’une double enveloppe de silice, une véritable « cage de verre », ce qui explique que leurs colonies luisent au soleil. Les baleines perdent et acquièrent de nouvelles plaques de diatomées au cours de leur migration, car différentes espèces de diatomées vivent en eaux chaudes, froides ou tempérées.

Balanes

Balanes sur un rorqual à bosse

  • Balanes sur un rorqual à bosse
  • © Renaud Pintiaux

Le rorqual à bosse est sans contredit la baleine du Saint-Laurent qui arbore le plus d’excroissances causées par les balanes. Les balanes sont des crustacés qui, au dernier stade larvaire, s’attachent à une surface, comme une baleine, un quai ou un rocher. Une fois fixées, elles sécrètent leur petite carapace faite de plaques de calcaire et se métamorphosent en adulte. Pour se nourrir, elles sortent six paires d’appendices plumeux de leur carapace qui filtrent l’eau pour attraper du plancton en suspension. Comme les diatomées, il y a des espèces de balanes d’eaux chaudes, froides et tempérées. Les balanes se fixent aussi sur d’autres baleines lentes, comme la baleine noire.

Poux de baleine

D’autres petits crustacés se retrouvent par milliers dans les parties du corps des baleines protégées de la turbulence de l’eau, comme les yeux, les lèvres, les fentes génitales, les sillons ventraux, etc. Étant donné leur apparence et leur taille par rapport à celle des baleines, les baleiniers leur ont donné le nom de poux de baleine. Ils mesurent de 6 à 19 mm et ont un corps aplati muni de quatre paires de pattes en crochet. Ils se nourrissent de la peau des baleines. Incapables de nager et de survivre en eau libre, ils se transmettent d’une baleine à une autre par contact direct. Tout comme les balanes, les poux de baleine, aussi appelés cyamides, se fixent davantage aux baleines plus lentes. Généralement, chaque « pou de baleine » est associé à une espèce de baleine. Chez les cachalots, il y a même une spécificité selon le sexe. Chez les baleines noires, on retrouve trois espèces de poux selon l’âge et la santé des individus.

Lamproie

Lamproie sur un béluga

  • Lamproie sur un béluga
  • © GREMM

Les lamproies sont des poissons carnivores qui se fixent à l’aide de leur bouche en ventouse au corps d’autres poissons et même des baleines. Grâce à leurs petites dents coupantes, elles grugent la peau de leur hôte pour en extraire le sang ainsi que d’autres liquides biologiques. Bien que ces poissons primitifs causent de sérieux ravages parmi les populations indigènes de poissons des Grands Lacs, ils ne semblent pas infliger d’importantes blessures aux baleines.

 

Dernière mise à jour: mai 2013