Les cinq sens

L’ouïe

Le son voyage de quatre à cinq fois plus vite dans l’eau que dans l’air, ce qui fait de l’ouïe un sens privilégié pour les baleines. Les baleines à fanons utilisent plutôt les sons de basses fréquences, qui voyagent sur de grandes distances. Les baleines à dents utilisent davantage les hautes fréquences, pour la communication entre les membres d’un groupe, mais aussi pour l’écholocalisation, qui fonctionne comme un sonar et leur permet de distinguer leur environnement.

 

La vision

La vision

  • Crédit photo : © GREMM

Lorsque la lumière pénètre dans l’eau, les couleurs disparaissent une à une et il fait de plus en plus sombre. Les cétacés sont bien adaptés à la vision dans les profondeurs : ils sont particulièrement réceptifs à la lumière bleutée et leurs photorécepteurs sont très nombreux et très denses. De plus, ils ont une membrane réfléchissante derrière la rétine, comme celles des chats, dont les yeux brillent dans la nuit. Les cétacés ont une bonne vue sous l’eau et dans l’air, aussi bien de près que de loin.

L’odorat et le goût

Les odeurs voyagent lentement dans l’eau et les cétacés avancent trop vite pour les utiliser de façon efficace. Pour cette raison, ils sont dépourvus du sens de l’odorat… à une exception près : en 2011, des chercheurs ont révélé que les baleines boréales avaient tout ce qu’il fallait pour sentir: ils croient qu’elles utilisent leur odorat pour « renifler » l’air à la recherche de krill. Les baleines peuvent aussi goûter ce qu’elles mangent. Elles utiliseraient même le goût pour distinguer les masses d’eau par leur contenu en sel.

Le toucher

Le toucher

  • Crédit photo : © GREMM

Les contacts physiques jouent un rôle important dans les rapports sociaux que les baleines entretiennent entre elles, y compris entre les mères et leur jeune. De plus, le sens du toucher est particulièrement développé au niveau de la tête, près des évents : sans doute que les cétacés peuvent ainsi détecter quand ils brisent la surface de l’eau et donc quand ils peuvent ouvrir leurs évents pour respirer. Les baleines à fanons et les dauphins d’eau douce ont aussi des « moustaches » ou des vibrisses au bout du rostre (museau), ce qui leur permet de percevoir, par exemple, la densité d’un banc de plancton ou la présence de proies dans la vase.

Le sixième sens

Un sixième sens?

  • Crédit photo : © Jean Lemire

Plusieurs études tendent à montrer que les cétacés peuvent percevoir les variations dans le champ magnétique terrestre. Ce sens les aiderait dans leurs migrations.

 

Dernière mise à jour: mai 2013