Le jeu

Le jeu rassemble des actions qui n’ont d’autres fonctions apparentes que l’amusement. Beaucoup de chercheurs s’entendent sur cette définition du jeu, en cinq caractéristiques. Il s’agit d’un comportement:

  • qui n’a pas de fonction évidente,
  • qui est volontaire, spontané et agréable pour l’animal,
  • qui est bien distinct d’autres comportements ayant une fonction plus évidente,
  • qui peut se produire tout au long de la vie de l’animal,
  • qui se produit quand l’animal est dans de bonnes conditions (bien nourri et à l’abri des prédateurs).

De plus, on distingue trois formes de jeu: le jeu locomoteur (ex. sauter), le jeu social (qui implique un autre animal, vivant) et le jeu avec objet (dans lequel intervient un objet inanimé).

Il existe une foule d’exemples de baleines jouant avec des objets. Les algues semblent être un «jouet» apprécié par les baleines noires et les rorquals à bosse: on trouve une multitude de rapports sur des baleines se roulant dans des algues qui flottent en surface, les soulevant avec leur tête ou leurs nageoires et les faisant glisser sur leur dos.

Chez beaucoup de mammifères, les jeunes jouent pour développer leurs habiletés et leurs réflexes. Toutefois, plusieurs primates et cétacés continuent de jouer à l’âge adulte.

dle-BLV030710_2015-grm-584x232

  • Bélugas
  • Crédit photo : © GREMM

Les cétacés grégaires jouent plus souvent que les solitaires, qui exécutent tout de même des sauts hors de l’eau. Certains sont passés maitres dans l’imitation. Des dauphins en aquarium, n’ayant jamais été entrainés, ont exécuté des performances parfaites, et ce, seulement en observant leurs congénères le faire. Un grand dauphin juvénile en captivité ayant vu un visiteur expirer sa fumée de cigarette est revenu quelques instants plus tard pour « expirer » à son tour un nuage de lait maternel. Et en milieu naturel, les dauphins imitent les tortues, les poissons, les plongeurs, etc. Les bélugas rivaliseraient avec les perroquets pour leur habileté à imiter les sons humains, comme en témoigne l’histoire du béluga appelé Noc, entrainé par l’armée étatsunienne, qui imitait la voix du maitre de plongée.

Apprentissages et relations sociales

Les groupes de baleines avec une organisation sociale bien définie s’adonnent à des jeux marquant les rapports entre les membres, entretenant les relations sociales ou ayant un lien avec diverses activités comme la reproduction et l’alimentation. Dans la baie de Fundy, les baleines noires sont souvent vues en train de rouler les unes sur les autres d’une façon qui ressemble à des comportements sexuels, et ce, en dehors de la saison de reproduction. Des bélugas mâles sont parfois observés dans l’estuaire du Saint-Laurent, alors qu’ils maitrisent une femelle. Scène d’accouplement ou jeu sexuel?

Les épaulards se lancent parfois une proie morte ou agonisante pendant un long moment avant de la consommer, un jeu pouvant paraitre anodin, mais ayant une fonction éducative importante pour les jeunes du groupe.

Ou simple amusement?

Si la plupart des « jeux » semblent avoir une raison d’être, d’autres semblent relever du pur amusement. Des chercheurs ont souvent observé des dauphins inciter de grandes baleines à prendre de la vitesse afin de s’amuser dans la vague ainsi créée. D’autres le font dans la vague des bateaux, comme les petits rorquals dans le Saint-Laurent. Les dauphins obscurs, une espèce australe, ont été observés alors qu’ils attrapaient les pattes des goélands à la surface de l’eau, et les entraînaient vers le fond quelques instants avant de les relâcher. Ce comportement a aussi été observé chez des bélugas.

Des baleines boréales, dans la mer de Beaufort, ont également été observées alors qu’elles tentaient de faire tenir en équilibre un tronc d’arbre sur leur ventre ou leur dos. Simple jeu ou tentative de réussir une tâche complexe? Mystère…

À lire aussi: Que fait ce béluga avec ce bout de bois?

Dernière mise à jour: aout 2017