Zipper

Tiré du bulletin Portrait de baleines, 12 septembre 2007

Un seul coup d’œil suffit pour l’identifier : ses cicatrices sur le flanc droit ressemblant à une fermeture éclair, ainsi que celles sur le pédoncule sont toujours aussi impressionnantes à voir. Les observateurs se souviennent très bien de leur première rencontre avec Zipper en 1994 avec ses blessures fraîches encore à vif et sa peau en lambeaux. Ce type de blessure est caractéristique d’une collision avec une hélice de bateau.

Ce rorqual commun femelle est connue aussi bien dans l’estuaire que dans le golfe. Elle visite régulièrement l’estuaire et y a été photographiée onze fois depuis 1994, au cours des mois de juin, juillet, août et même en novembre selon les années.

Cet été, Zipper a été photographiée pour la première fois par l’équipe du GREMM le 27 juillet. C’est la première fois qu’elle effectue un séjour aussi long dans l’estuaire. Au début du mois de juillet, elle avait été observée par l’équipe du MICS dans le secteur de l’île d’Anticosti, au large de Port-Menier.

Les rorquals communs de l’Atlantique se nourrissent de capelans et de krill, fréquentent les eaux profondes et peuvent vivre jusqu’à cent ans. En début d’hiver, ils effectuent de courtes migrations vers le sud, mais les régions précises où ils s’accouplent et mettent bas ne sont pas bien connues. Ce deuxième plus grand mammifère marin (après le rorqual bleu) est de tendance solitaire, mais des groupes pouvant atteindre la dizaine d’individus peuvent se créer plusieurs fois par jour et seraient associés à des stratégies de chasse.

En savoir plus

La fiche signalétique du rorqual commun