Bp017 (Orion), Bp 913, Bp945 et Bp918

Tiré du bulletin Portrait de baleines, 30 juillet 2015

On les distingue entre eux grâce à la forme de leur nageoire dorsale. Bp913 (volume 1, Portrait de baleines 2015) a une nageoire dorsale générique, allongée en forme de crochet, sans marques particulières. Celle de Bp918 a le bout tronqué en une ligne droite alors que celle d’Orion (Bp017, volume 3, Portrait de baleines 2015) est tronquée vers le haut et vers le bas. Bp945 a une nageoire triangulaire sans marques apparentes.

Bp 945 a été marqué par l’équipe du GREMM – Pêches et Océans Canada le 22 juillet à 14 h 45. La balise radio a tenu sur le dos de l’animal un peu moins d’une heure. En moyenne, l’animal a plongé entre 60 et 70 m, avec une plongée maximale de 123 m. Bp913 a aussi été suivi le 13 juillet. Le 29 juillet, un suivi de 40 minutes a été réalisé sur Orion; un autre de 20 h sur Bp 945. Depuis quelques jours, deux nouveaux individus ont été photographiés par le GREMM, il s’agit de Caïman (Bp034) et Bp910.

Selon les données de suivis (2007), la population de rorquals communs de l’Atlantique Nord est estimée à plus de 50 000 individus. Au Canada, les zones les plus communes sont au large de la Nouvelle-Écosse et de Terre-Neuve. Dans le golfe du Saint-Laurent, le GREMM, le MICS (Station de recherche des Îles Mingan) et Pêches et Océans Canada maintiennent des efforts de recherche, notamment de photo-identification et de télémétrie. Le rorqual commun de l’Atlantique Nord n’est pas en voie de disparition. Son statut au Canada est toutefois «préoccupant». Le nombre de rorquals communs de la côte est du Canada, et particulièrement ceux du plateau néo-écossais, a été considérablement réduit par la chasse, qui a pris fin en 1972. Le manque de connaissances sur cette espèce justifie l’attribution du statut préoccupant.

En savoir plus

La fiche signalétique du rorqual commun