B 197

Tiré du bulletin Portrait de baleines, 30 août 2012

Le 20 août dernier, environ à deux kilomètres au large du cap Granite, pendant que l´équipe du GREMM et de Pêches et Océans Canada suivait avec attention les mouvements du rorqual à bosse Irisept (Cocotte), après lui avoir posé une balise télémétrique, deux autres rorquals à bosse et au moins trois rorquals bleus se retrouvaient à proximité. Parmi eux : le rorqual bleu femelle B 197.

En 2006, B 197 avait aussi fait l´objet d´un suivi télémétrique réalisé en collaboration par ces mêmes équipes de recherche. On avait ainsi pu documenter ses profils de plongées pendant un suivi de 24h. Au cours de la première journée, elle avait alterné entre des plongées profondes (80 à 100 m) et moins profondes (20 à 40 m), avec ou sans alimentation. En soirée, elle plongeait en faibles profondeurs (5 à 30 m). Pendant la nuit, B 197 s´alimentait surtout en surface, et au petit matin, des plongées de plus en plus profondes ont été enregistrées pour se maintenir entre 80 et 100 m jusqu´à la tombée de la balise.

Que mangeait-elle ? Probablement sa proie de prédilection : du krill. Chaque bouchée compte pour ce géant fragile, considéré en voie de disparition. Pour lui assurer paix et respect dans le parc marin, on doit l´observer à 400 m de distance quand on est en bateau. Les membres de l´Alliance Éco-Baleine se sont même engagés à respecter cette distance en dehors des limites du parc.

Dans le parc marin cet été : B 137 (Chaparal) et B 227 (Eperon) ont aussi été reconnus, entre autres grâce à la constellation de taches bleues et grises qui recouvrent leurs corps. Ces deux individus figurent au catalogue des rorquals bleus géré par le MICS qui regroupe plus de 420 individus à ce jour.

En savoir plus

La fiche signalétique du rorqual bleu