Pascolio

Tiré du bulletin Portrait de baleines, 16 juillet 2008

Depuis 23 ans, Pascolio est bien connu de l’équipe du GREMM. Il est facilement reconnaissable à la malformation de son dos, qui lui donne une allure de chameau. Il a été baptisé ainsi car un autre béluga, connu avant lui et ayant aussi une déformation de la colonne vertébrale, avait été baptisé Scolio; il a donc été appelé spontanément « pas-scolio », devenu officiellement Pascolio. En 1985, l’équipe avait estimé qu’il était âgé de deux ou trois ans. En effet, avec sa couleur grise et son comportement curieux et fantasque, il avait tout d’un jeune. Son comportement aujourd’hui est celui d’un adulte, plus posé et indépendant.

Il fréquente habituellement les secteurs du cap de la Tête au Chien, du fjord du Saguenay et de son embouchure, et de l’île Blanche. Il peut être observé, comme d’autres bélugas, de la terre ferme. Son espèce étant menacée, le béluga ne peut être approché par les embarcations à moins de 400 m, selon le Règlement sur les activités en mer dans le parc marin du Saguenay–Saint-Laurent. Les sites de Pointe-Noire, de la baie Sainte-Marguerite et du cap de Bon-Désir constituent une belle occasion de prendre la chance de les apercevoir.

Pascolio a un sosie, Néo, qui a lui aussi le même type de malformation dorsale. Mais la peau de Néo est légèrement plus grise. Et Pascalio lève la queue quand il part en plongée dans 90% des cas.

Dans le cadre de la campagne Adoptons un béluga, Pascolio a été adopté en 1988 par les commerçants de Tadoussac.

L’équipe du Bleuvet vient d’effectuer une biopsie de Pascolio, dont l’analyse génétique faite à partir du bout de peau permettra de connaître enfin son sexe. Un chercheur du GREMM, ayant aperçu quelques années auparavant sa fente génitale, pense qu’il s’agit d´un mâle. Mais les troupeaux dans lesquels il se tient et sa taille plus petite que la plupart des mâles suggèrent qu’il serait une femelle.

En savoir plus

La fiche signalétique du béluga