Ondine

Tiré du bulletin Portrait de baleines, 23 août 2012

Femelle béluga sans doute assez âgée, Ondine est connue des chercheurs du GREMM depuis 1990, alors qu’elle était déjà entièrement blanche. Les observations, régulières jusqu’en 1995, ont permis de déterminer qu’elle était une femelle appartenant à la communauté de la rive Sud. Étonnamment, elle était presque toujours vue avec Canadine : les femelles bélugas, contrairement aux mâles, ne forment habituellement pas d’associations durables avec d’autres individus. En 1994, Ondine était accompagnée d’un veau, et en 1995, d’un bleuvet.

Après 1995, le portrait a changé : aucune observation de 1995 à 2000, puis seulement à l’occasion, jamais avec Canadine, et plus jamais avec un veau. En 2010, surprise : elle est photographiée dans la baie des Chaleurs! Quelques semaines plus tard, elle était de retour à la tête du chenal Laurentien, amaigrie. Il faudra attendre le mois d’août 2012 pour avoir de ses nouvelles : plusieurs signalements d’un béluga apparemment mal en point, dérivant entre Les Escoumins et Les Bergeronnes, parviennent au Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins. Le 15 août, Robert Michaud, directeur de la recherche au GREMM, se rend au Centre de découverte du milieu marin aux Escoumins pour documenter l’un de ces signalements : il confirme qu’il s’agit d’Ondine et qu’elle semble malade.

Ondine est-elle en fin de vie? Si elle succombe prochainement, retrouvera-t-on sa carcasse et cela permettra-t-il de répondre à certaines questions, comme son âge, son état de santé, etc.? Le programme de récupération des carcasses de bélugas, en place depuis 30 ans, est un élément essentiel du suivi de cette population en péril. Il a entre autres permis de sonner l’alarme sur l’exposition aux contaminants chimiques, et ainsi donner l’élan à une mobilisation citoyenne et gouvernementale visant à réduire la contamination du Saint-Laurent.

Chaque signalement de béluga mal en point ou mort est précieux et mérite un appel au 1-877-722-5346. Idéalement, appelez au moment de l’observation. Dans le cas d’un béluga vivant, il est important de rester à 400 m ou plus de l’animal.

En savoir plus

La fiche signalétique du béluga