Miss Frontenac

Tiré du bulletin Portrait de baleines, 16 septembre 2016

Au cours des dernières semaines, l’équipe du GREMM à bord du Bleuvet a revu Miss Frontenac plusieurs fois accompagnée d’un nouveau-né. Cette observation soulève des questions intéressantes. En effet, selon la littérature, les femelles donnent naissance une fois à tous les trois ans. L’accouplement a lieu entre avril et mai, la gestation dure 14 mois et demi, la mise bas se déroule de juillet à septembre et l’allaitement dure environ deux ans. Or, Miss Frontenac a eu son premier veau en 2014. Son veau a survécu à sa première année et nous l’avons revue régulièrement avec un bleuvet au cours de l’été 2015. Si le nouveau-né qui accompagne Miss Frontenac cet été est bien le sien, elle serait devenue enceinte au printemps 2015, alors qu’elle allaitait encore son veau de 2014!

Il reste bien des questions sans réponses à propos de la vie des bélugas. Est-ce que les jeunes femelles sont plus fertiles et donnent naissance aux deux ans, ce qui serait une bonne nouvelle? Ce peut-il aussi que Miss Frontenac s’occupe d’un veau qui n’est pas le sien?

Pour plus d’information sur cette rencontre, vous pouvez lire le Carnet de terrain « Avec les bélugas: semaine du 22 août 2016 ».


Tiré du bulletin Portrait de baleines, 3 septembre 2015

Cette semaine, nous rebaptiserons cette chronique Portrait de famillePacalou et Miss Frontenac ont été revues ensemble le vendredi 28 août dans l’embouchure du Saguenay, chacune accompagnée de leur bleuvet, des jeunes bélugas nés l’été dernier. Une véritable lignée matriarcale: trois générations de bélugas! En effet, Pacalou est la mère de Miss Frontenac, née en 2004.

C’est seulement la deuxième fois que nous pouvons identifier une femelle béluga accompagnée d’une partie de sa descendance. La raison est simple, les veaux et les bleuvets portent rarement des marques distinctives qui nous permettent de les reconnaitre à l’âge adulte. Jusqu’à présent le seul autre veau que nous avons suivi depuis sa première année est Marguerite, née de Blanche en 2005. Nous avons d’ailleurs observé Blanche et Marguerite ensemble l’été dernier toutes deux également avec des nouveau-nés. Blanche et Pacalou sont donc les premières grand-mères bélugas «connues» de notre album de famille!

Les observations répétées de Pacalou et Blanche accompagnées de leur descendance tendent à confirmer la nature des liens qui unissent les femelles de la communauté du Saguenay. Les études génétiques suggéraient en effet que les femelles bélugas suivent leur mère dans les mêmes aires d’été.

CIMM (Centre d'Interprétation des mammifères Marins)Pacalou a été adoptée en 2006 par Pascale Cauchi et Miss Frontenac par l’Hôtel Fairmount Château Frontenac en 2008 dans le cadre de la première campagne Adoptons un béluga.

En tout temps, il est possible de découvrir la réplique grandeur nature de Pacalou et de Miss Frontenac, devant le Centre d’interprétation des mammifères marins (CIMM) à Tadoussac, où leur reproduction siège sur les rochers du Jardin de la grève.


Tiré du bulletin Portrait de baleines, 2 septembre 2009

Le 31 juillet et les 3 et 9 août, l’équipe du GREMM rencontrait Miss Frontenac, la vedette incontestée du programme de photo-identification des bélugas du GREMM, dans le fjord du Saguenay. Miss Frontenac, alias Scarvo, est unique. C’est le premier béluga de l’histoire du programme que l’on a pu « ficher » dès sa première semaine de vie. Au moment de la première rencontre en 2004, cette femelle portait une blessure fraîche et profonde sur le haut du dos et en avant de sa crête dorsale. Une fois cicatrisée, cette blessure a constitué une marque permettant de la reconnaître et de la suivre chaque année. Miss Frontenac représente une source d’informations précieuses pour les chercheurs : la durée de sa croissance, l’âge auquel elle a quitté sa mère, la progression des changements de coloration, son parcours social, son appartenance à un groupe, etc.

Aujourd’hui âgée de cinq ans, Miss Frontenac est un jeune béluga indépendant. Depuis deux ans, elle est observée sans sa mère, la dénommée Pacalou. Pacalou est qualifiée de mère par les chercheurs, car elle a accompagné Miss Frontenac dès sa naissance. Toutefois, une comparaison de leur ADN sera nécessaire pour confirmer leur filiation.

Depuis le début de la saison 2009, Miss Frontenac a été observée à deux reprises dans la baie Sainte-Marguerite et une autre fois à l’embouchure du Saguenay. Elle était accompagnée d’autres jeunes et d’adultes dans des troupeaux mixtes composés d’une soixantaine d´individus. La suite de son histoire nous permettra d´en apprendre davantage sur la vie des bélugas. Car mieux comprendre, c’est mieux protéger.

En 2008, Fairmont Le Château Frontenac a adopté et nommé Miss Frontenac. C’est leur deuxième béluga, car l’hôtel a aussi adopté Griffon en 2002. Les Hôtels Fairmont totalisent 25 adoptions de bélugas. Adopter un béluga, c’est s’inscrire dans l’action à long terme pour le rétablissement de cette population fragile.

En savoir plus

La fiche signalétique du béluga