Snake eyes

Tiré du bulletin Portrait de baleines, 6 juin 2006

Non, aucune baleine noire n’a été observée dans le secteur récemment! Notre vedette de cette semaine est un mâle baptisé Snake Eyes (#1226), connu depuis 1981 par le North Atlantic Right Whale Consortium. Il a été photographié dans le parc marin du Saguenay–Saint-Laurent en 1998, la première mention confirmée de cette espèce dans le secteur depuis le temps des Basques! Il était de retour dans le Saint-Laurent, près de Percé cette fois, l’année dernière en août. À la même période, plusieurs personnes ont d’ailleurs cru apercevoir une baleine noire dans l’estuaire à quelques reprises, sans pouvoir le confirmer. Était-ce Snake Eyes revenu faire un petit tour par ici avant de se faire croquer le portrait en Gaspésie?

L’histoire de Snake Eyes est un bon prétexte pour rappeler la situation de son espèce dans le Saint-Laurent. La baleine noire de l’Atlantique Nord (Eubalaena glacialis), également appelée baleine franche, est une des espèces de baleines à fanons les plus menacées. Après la chasse effrénée dont elle a été l’objet pendant quatre siècles, les activités humaines menacent encore aujourd’hui son rétablissement. En particulier, 38 % des mortalités survenues entre 1986 et 2005 chez cette espèce sont attribuables à une collision avec un navire.

Elle était rarement observée dans le Saint-Laurent, mais depuis 1994, 32 baleines noires différentes (plus de 10% de cette espèce en voie de disparition!) ont été identifiées dans le Saint-Laurent, surtout dans la région de Percé, mais aussi près de Mingan, aux îles de la Madeleine, dans la baie des Chaleurs et dans l’estuaire. En 2005, cinq baleines ont été identifiées en Gaspésie, dont une mère et son jeune.

Pour l’observation en mer, voici ses caractéristiques : un souffle en forme de «V», un large dos noir sans nageoire et des callosités blanches sur la tête. Lorsqu’elle plonge, sa queue entièrement noire, fortement échancrée en « V », peut se soulever à la verticale. Elle peut être observée seule ou en groupe et rester sous l’eau 10 à 20 minutes.

Si jamais vous croyez apercevoir l’une de ces baleines dans le secteur, il convient d’être vigilant, de demeurer à plus de 400 m et de circuler lentement pour diminuer les risques de collision. Ce n’est pas tout : il s’agit d’une observation précieuse : prévenez rapidement, pendant l’observation si possible, le Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins au 1 877 7BALEINE (1-877-722-5346). Prenez des photos : même à distance, elles serviront à confirmer l’espèce, et des photos de la tête pourraient permettre d’identifier l’individu. Vous n’avez pas d’appareil? Prenez les coordonnées d’un ou plusieurs passagers qui auront immortalisé le moment et mettez-les en contact avec le Réseau! Nous devons d’ailleurs les photos de Snake Eyes lors de son passage parmi nous en 1998 à des touristes chanceux… et à la présence d’esprit de leur capitaine!

En savoir plus

La fiche signalétique de la baleine noire