Rorqual bleu

Description

  • Grosse tête en forme de « U » avec un gros bourrelet devant l’évent
  • Patron de coloration bleu gris, moucheté
  • Nageoire dorsale minuscule, à l’arrière du corps
  • Sillons ventraux couvrant la gorge jusqu’au nombril

Quand il fait surface: Son souffle explosif et très sonore peut atteindre une hauteur de 6 m. Sa nageoire dorsale apparaît bien après le souffle.

Images

Nom anglais espèce : Blue Whale

Nom latin espèce : Balaenoptera musculus

Autres noms : Baleine bleue

Sous-ordre : Baleines à fanons (mysticètes)

Longueur :de 20 à 25 m. Le plus gros spécimen capturé en Antarctique mesurait 33,5 m

Poids : 80 à 120 t, jusqu’à 135 t

Comportement social : Solitaire, parfois en paire ou en groupe

Longévité : jusqu’à 90 ans

Temps de plongée : 10 à 30 min

Observations : Régulières l’été dans le golfe et l’estuaire. Présence sporadique au cours de l’hiver

Distribution mondiale : De l’Arctique à l’Antarctique

Population mondiale : Probablement entre 10 000 et 25 000 individus, selon l’Union internationale pour la conservation de la nature

Statut au Canada : En voie de disparition


Le plus grand des géants de la mer

C’est aussi le plus gros animal ayant existé sur notre planète! Par sa puissance et son élégance majestueuse, son observation est toujours un moment exceptionnel. Mais aussi parce qu’il est rare et fragile. Dans l’Atlantique Nord, la population de rorquals bleus a été décimée par une chasse effrénée qui a pris fin en 1955. Depuis 2002, cette espèce est reconnue en voie de disparition au Canada. Pour les chercheurs, elle recèle bien des mystères, son étude rendue encore plus difficile parce que ces rorquals sont de grands voyageurs.

Population, répartition et habitat

Dans le Saint-Laurent

Le rorqual bleu fréquente les eaux froides et profondes, dans des secteurs où le brassage des eaux de surface (fronts thermiques, upwellings ou remontées d’eau froide) augmente la productivité et l’agrégation des proies. C’est un résidant saisonnier estival du golfe et de l’estuaire où son abondance est maximale en août et septembre. Il peut être observé parfois très près des côtes. Certains individus reviennent régulièrement sur leur site d’alimentation (presque chaque année), d’autres de manière plus épisodique. Ils peuvent effectuer des déplacements longs et rapides. Selon les observations et suivis du MICS, un rorqual bleu a parcouru 400 km en 2 semaines et le plus long voyage observé a été effectué pendant l’été 2007 par un individu qui a parcouru 180 miles marins (324 km) en 6 jours.

Migration

Les déplacements saisonniers et les aires d’hivernage sont encore mal connus. Leurs itinéraires suivraient les concentrations de leurs proies. Ils les mèneraient vers des latitudes plus basses et plus tempérées en hiver (leur saison de reproduction) le long de la côte Est des États-Unis (golfe du Maine jusqu’en Floride). En 1993, la filature acoustique a permis de retracer le parcours d’un individu à partir des Grands Bancs de Terre-Neuve jusqu’aux Bermudes. Certains individus semblent prolonger au maximum leur séjour dans les eaux riches en nourriture du Saint-Laurent, se tenant à la limite des glaces, au risque de se faire prendre au piège. Ainsi, certains d’entre eux pourraient rester tout l’hiver comme le suggèrent des observations faites dans l’estuaire et dans le golfe. Lors d’un survol aérien, le MICS a pu, pour la première fois en hiver dans le Saint-Laurent, photographier et identifier au large de Port-Cartier un rorqual bleu parmi les plaques de banquise peuplées de phoques.

Dans le monde

Les rorquals bleus du Saint-Laurent font partie de la population de l’Atlantique Nord estimée entre 600 et 1 500 individus. Selon le Comité sur les espèces en péril au Canada (COSEPAC), seulement 250 individus matures fréquentent les eaux de l’Est du Canada. Une étude génétique en cours permettra de confirmer s’il s’agit d’une seule population ou de deux populations: celle de l’Atlantique Nord-Ouest et celle du large de l’Islande. Les rorquals bleus sont présents dans tous les océans. Ils fréquentent les eaux côtières et la haute mer.

Statuts

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) a assigné le statut «d’espèce en voie de disparition» au rorqual bleu, en 2002. À nouveau, son statut a été évalué «en voie de disparition» en 2012. Malgré l’arrêt de la chasse dans les années 1950, les populations de rorqual bleu ne semblent pas s’être rétablies. Différentes menaces pèsent sur cette espèce : la pollution, l’enchevêtrement dans des engins de pêche, les collisions avec les navires, la perturbation causée par l’activité croissante de l’observation des baleines et les changements climatiques à long terme qui pourraient influencer l’abondance de sa nourriture (le zooplancton).

L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a attribué au rorqual bleu le statut «d’espèce en danger», tout comme il est considéré «espèce en danger» en vertu du Endangered Species Act américain. Enfin, le rorqual bleu apparaît sur la Liste des espèces susceptibles d’être désignées menacées ou vulnérables au Québec en vertu de la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables.

Comportement

Alimentation

Le rorqual bleu est un engouffreur. Il se nourrit essentiellement de petits crustacés planctoniques appelés krill qui vivent en bancs, jusqu’à quatre tonnes par jour, soit environ 4% de son poids.

En surface

Les séquences respiratoires comptent généralement 3 à 4 respirations. Le rorqual bleu s’alimente parfois en surface par des manœuvres caractéristiques: il roule son corps sur le côté, révélant la gorge déployée, la nageoire pectorale et un lobe de queue. Lorsqu’ils partent en plongée, certains individus, environ 15 à 18 % de ceux qui fréquentent le Saint-Laurent, sortent la queue.

En plongée

Les plongées durent généralement de 10 à 15 min, parfois jusqu’à 30 min. Elles peuvent atteindre 200 m de profondeur, les plus fréquentes s’effectuant entre la surface et une centaine de mètres, profondeur où se trouvent leurs proies durant le jour.

Social

Plutôt solitaire et nomade, le rorqual bleu se déplace en paire ou en petits groupes temporaires. La nature et la durée de ces associations ne sont pas connues. Dans le Saint-Laurent, on observe que des paires stables se forment à partir du mois de juillet pendant une journée ou même plusieurs semaines. La plupart du temps, il s’agit d’une paire mâle/femelle. Cette association serait un signe précurseur de la reproduction qui a lieu en hiver.

Vocal

Ses vocalisations sont constituées de sons de basse fréquence (de 11 à 125 Hz) dont la durée varie entre 1 et 13 s. Les infrasons (8 à 20 Hz), émis sur une seule note, peuvent atteindre 30 s. Ils sont très intenses et leur volume compris entre 186 et 198 dB. Les sons peuvent être organisés en séquences, répétées sur des périodes de temps variables. Ils se propagent sur des centaines de kilomètres en eau profonde et pourraient servir de moyen de communication pour les animaux très dispersés dans l’océan ou bien encore à « lire » le paysage et le relief sous-marin pour s’orienter lors de longues navigations. Ils pourraient jouer un rôle lors des parades nuptiales. Des variations géographiques dans les patrons de sons pourraient différencier des stocks ou sous-populations. Dans le Saint-Laurent, la particularité des vocalisations suggère plutôt une adaptation des rorquals bleus au niveau sonore élevé de leur environnement dû au trafic maritime.

Reproduction

La maturité sexuelle est atteinte vers l’âge de 10 ans. L’accouplement et la mise bas se produisent en fin d’automne ou en hiver, la durée de gestation étant de 10 à 11 mois. La période d’allaitement dure 7 mois. Dans le Saint-Laurent, une vingtaine de paires mère/baleineau ont été observées depuis 1979.

À propos de la recherche scientifique

Depuis 1979, le MICS qui a mis au point la méthode d’identification des individus à partir des patrons de pigmentation de la peau, gère un catalogue de 420 rorquals bleus pour le Saint-Laurent. Dans l’estuaire et le golfe, d’autres projets sont poursuivis par d’autres équipes de recherche, notamment sur l’acoustique, la dynamique de la population et les comportements en plongée.

Actualités

Trouvez tous les articles en lien avec la baleine bleue.

Dernière mise à jour: avril 2015