Épaulard

Description

  • Nageoire dorsale haute et droite, surtout chez le mâle adulte (jusqu’à 2 m de hauteur)
  • Corps robuste
  • Grosses nageoires pectorales arrondies
  • Patron de coloration noir et blanc caractéristique
  • «Selle» blanche ou gris clair sur le dos derrière la nageoire dorsale

Quand il fait surface: Son souffle, difficile à voir surtout de loin, peut atteindre 2 m de hauteur. La nageoire dorsale, située au milieu du dos, apparaît simultanément.

Images

Nom anglais espèce: Killer whale

Nom latin espèce: Orcinus orca

Autres noms: Orque

Sous-ordre: Baleines à dents (odontocètes)

Longueur: 6 à 7 m, jusqu’à 10 m

Poids: 3 à 7 tonnes

Comportement social: Grégaire, formant des clans (pods) de 5 à 20 individus

Longévité: 50 ans pour les mâles, jusqu’à 100 ans pour les femelles

Temps de plongée: 3 à 5 minutes, jusqu’à 20 minutes

Observations: Exceptionnelle dans le Saint-Laurent

Distribution mondiale: Dans toutes les mers et océans, des pôles à l’Équateur

Population mondiale: Inconnue, probablement pas à risque

Statut au Canada: Selon les régions, «en voie d’extinction» (population résidente du sud du Pacifique Nord-Est) ou «préoccupante».


Un super dauphin, cosmopolite et opportuniste

Le plus gros des dauphins est présent un peu partout dans le monde. Grâce à ses fortes capacités d’adaptation, il sait tirer profit de conditions océanographiques et de ressources alimentaires diversifiées. L’apprentissage spécialisé pour chasser est un point fort chez l’épaulard et lui permet de s’attaquer à des animaux bien plus gros que lui, notamment d’autres mammifères marins. Chez certaines populations, la vie sociale s’organise en unités familiales soudées à vie, possédant leur propre dialecte. L’épaulard est aussi une vedette de télévision et de cinéma, ainsi que des spectacles en aquarium. Au niveau mondial, la population est difficilement chiffrable, mais ne semble pas en danger.

Population, répartition et habitat

Dans le Saint-Laurent

Avec une vingtaine d’observations depuis le début des années 1980, les visites d’épaulard sont rares et sporadiques dans le golfe et dans l’estuaire du Saint-Laurent. Dans les années 1990, un groupe de 4 à 5 épaulards a visité régulièrement le golfe et le détroit de Jacques-Cartier. Dans l’estuaire, la dernière observation date de 2003: 2 épaulards ont été vus au large des Bergeronnes. Des documents des années 1940 mentionnent que les épaulards étaient abondants dans l’estuaire à cette époque.

Migration

L’épaulard ne semble pas effectuer de migration saisonnière nord-sud. Cependant, des mouvements sont observés, notamment dans l’Arctique où les épaulards se tiennent à la limite du couvert de glace. Ils peuvent suivre des baleines en migration qu’ils recherchent pour se nourrir.

Dans le monde

Dans l’Atlantique Nord, les épaulards sont apparemment peu nombreux et dispersés. Selon un examen réalisé en 2007 (dans l’attente d’une évaluation prévue pour 2009 pour le COSEPAC), l’estimation minimale de la population de l’Atlantique Nord-Ouest est de 70 individus. Ils ne sont pas rassemblés en populations comme dans le Pacifique Nord, le long des côtes Ouest de l’Amérique du Nord (de l’Alaska jusqu’à l’état de Washington). L’épaulard est une espèce cosmopolite, présente dans toutes les mers et les océans du monde, n’étant pas limitée dans des zones de température d’eau ou de profondeur. Les concentrations d’épaulards sont plutôt observées dans des secteurs d’eau froide et de forte abondance de nourriture. Selon certains scientifiques, les différences morphologiques, écologiques, génétiques et comportementales observées chez les épaulards pourraient les diviser en populations, sous-populations et peut-être même en espèces.

Statuts

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) avait classé l’épaulard de l’Atlantique Nord-Ouest et de l’Est de l’Arctique dans la catégorie «données insuffisantes» en 2001. En novembre 2008, un nouveau rapport de situation a permis d’établir le statut «préoccupante» pour cette population. La chasse au Groenland, le trafic maritime et les contaminants sont les menaces qui pèsent sur cette population. La petite taille de la population, son cycle vital et ses caractéristiques sociales la rendent également plus fragile. L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) lui a attribué le statut «données insuffisantes». L’épaulard de l’Atlantique Nord-Ouest n’apparaît pas sur la liste des espèces menacées du Endangered Species Act américain, ni sur celle des espèces susceptibles d’être désignées menacées ou vulnérables au Québec en vertu de la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables.

Comportement

Alimentation

L’épaulard a une diète très variée. il se nourrit de petits poissons vivant en bancs, de calmars, de tortues, phoques, oiseaux marins, requins, raies, mais aussi de grands rorquals et de cachalots. À l’occasion, il mange même des chevreuils et des orignaux qu’il capture lorsque ceux-ci traversent des chenaux à la nage. À l’intérieur de son groupe familial, l’épaulard développe des stratégies de chasse très orchestrées, qui lui permettent de s’attaquer à beaucoup plus gros que lui, ce qui lui vaut le surnom de «loup des mers» . Les membres du groupe coopèrent pour harceler et rassembler leurs proies, à la manière des meutes de loups ou de lions. Ils délogent les phoques de leur banquise et s’échouent même sur les plages pour capturer certaines proies. Ces stratégies de chasse se transmettent par apprentissage des adultes aux jeunes. Selon les endroits, l’épaulard est soit très spécialisé, ne mangeant par exemple que du saumon ou que des mammifères marins, soit très adaptable au type de proies disponible.

En surface

L’épaulard a une vitesse de nage plutôt rapide et tonique, qui peut atteindre 45 km/h lorsqu’il poursuit ses proies. Comme tous les dauphins, il est capable de comportements aériens et de sauts exubérants: il marsouine et surfe sur les vagues, peut bondir et sortir entièrement son corps hors de l’eau (breach en anglais) pour retomber sur le dos ou sur le ventre, frappe la surface de l’eau avec sa queue et ses nageoires, pratique l’espionnage (spyhop en anglais) en tenant sa tête hors de l’eau et son corps droit jusqu’aux nageoires pectorales, et il peut même nager à reculons.

En plongée

Le comportement et les capacités de plongée de l’épaulard sont peu documentés. Il semble passer la plus grande partie de ses plongées entre la surface et 20 m de profondeur, mais peut atteindre plus d’une centaine de mètres. Ses temps de plongée sont plutôt courts (entre 4 et 10 min), mais peuvent atteindre une vingtaines de minutes.

Social

On peut observer l’épaulard seul ou en groupe. Pour l’épaulard vivant dans l’Atlantique Nord, peu de choses sont connues en raison de son petit nombre, de sa dispersion et de son nomadisme. Dans le Pacifique, les épaulards d’une population résidante d’environ 300 individus vivent dans des unités matriarcales stables pouvant regrouper 2 à 3 dizaines d’individus.

Vocal

L’épaulard est très actif du point de vue des vocalisations. Son répertoire est étendu: grincements, sifflements, grognements, cris et cliquetis pour l’écholocation. Chaque unité familiale a son propre dialecte qui sert à la communication entre les membres et à la cohésion du groupe.

Reproduction

La maturité sexuelle chez les femelles est atteinte entre 12 et 16 ans, et entre 10 et 17 ans chez les mâles. La reproduction a lieu toute l’année avec un pic au printemps et à l’automne. La gestation dure entre 15 et 18 mois. Les nouveaux-nés commencent à s’alimenter de proies solides très tôt, mais continuent à téter leur mère jusqu’à l’âge d’un an et ne sont totalement sevrés qu’à l’âge de 2 ans.

À propos de la recherche scientifique

Dans le Saint-Laurent, les visites des épaulards sont exceptionnelles et anecdotiques. Les projets de recherche sur cette espèce sont essentiellement menés sur les populations du Pacifique Nord-Est, dans la région de Vancouver (Colombie-Britannique), où évoluent trois populations bien distinctes aux niveaux de l’apparence, du comportement et de la génétique (les «résidants», les «migrateurs» et les «océaniques»). Pour le Canada atlantique, une banque de données et de photo-identifications des épaulards dans les régions de Terre-Neuve et Labrador est gérée par Dave Snow. Elle est disponible en ligne sur le site de atlanticwhales.com.

Actualités

Trouvez tous les articles en lien avec l’épaulard.

Dernière mise à jour: avril 2015