Les baleines deviennent-elles en chaleur?

  • La maturité sexuelle d’une femelle rorqual à bosse ne s’atteint pas avant 5 ans. Comment savoir quand elle est prête à se reproduire? © GREMM
    26 / 09 / 2017 Par Stéphanie Tremblay -

    Si on peut facilement reconnaitre une chatte en chaleur, peut-on reconnaitre une baleine en chaleur? D’un œil humain, cela est peu probable. Mais les mâles, eux, comment font-ils pour savoir que la femelle est prête à se reproduire? Comment les femelles les avertissent-elles… dans l’eau? Pas facile sans signe clair comme la perte de sang bien visible chez les chiens ou dans un milieu aqueux où les odeurs ne se transmettent pas aussi facilement.

    On sait que la période de reproduction des dauphins à flancs blancs de l’Atlantique et à nez blanc a lieu de mai à septembre. © GREMM

    On appelle «œstrus» la période durant laquelle la femelle est fertile. Lorsque le mâle et la femelle sont disponibles pour la reproduction, on parlera alors de rut. Malheureusement, peu d’études offrent une réponse précise concernant la période de fécondité chez les mammifères marins et encore moins chez les cétacés. Malgré tout, quelques observations ont été effectuées.

    Jusqu’à maintenant, une seule étude approfondie sur le comportement des cétacés femelles en période d’œstrus a été publiée, portant sur les dauphins à long bec. Cette étude se déroulait en captivité et a permis de démontrer que les femelles modifient leur comportement lorsqu’elles sont en chaleur. En voici la conclusion : de tous les comportements possibles chez cette espèce, un seul apparait lorsque la femelle devient disponible, soit le contact de son bec sur les organes génitaux du mâle. En d’autres mots, la femelle insère son bec dans la fente génitale du mâle, pour l’avertir qu’elle est prête pour la reproduction.

    Certains cétacés, comme le grand dauphin (bottlenose dolphin), agiront en éclaireur, c’est-à-dire qu’ils renifleront les parties génitales de la femelle pour vérifier si sa période de fécondation est en cours. Pour maximiser leurs chances, les mâles se prépareront en restant près des femelles, même si elles ne sont pas en période d’ovulation, selon les observations faites par Richard Connor.

    Un béluga mâle en action, durant la période de reproduction. © GREMM

    D’autres comportements sociaux liés à la disponibilité sexuelle ont aussi été observés. Du côté des baleines noires, comme l’explique l’Encyclopedia of Marine Mammals, les femelles utilisent parfois des signaux pour éloigner les mâles indésirables, comme de se déplacer dans les eaux peu profondes ou de rendre l’accouplement impossible en relevant leur queue. Chez les baleines à bosse, les futures mères sélectionneraient les mâles selon leur chant ou en les défiant dans une chasse. Que le meilleur gagne!

    Dans tous les cas, on ne peut pas affirmer que toutes les femelles, chez les mammifères marins, changent de comportement lorsqu’elles sont en chaleurs. Pourquoi? Étant donné qu’il est difficile de faire des observations dans un si vaste environnement, de surcroit, sous l’eau, les études ne se sont pas encore penchées sur la question. De plus, les espèces n’ont pas toutes les mêmes habitudes de reproduction, alors la seule manière de connaitre leur réalité est de l’observer pour chacune d’entre elles.

    Sources :

    (2009) Perrin, W.F., B. Würsig and J.G.M. Thewissen. Encyclopedia of Marine Mammals. Academic Press : 395.

    (1984) Wells, R.S. Reproductive behavior and hormonal correlates in Hawaiian spinner dolphins, Stenella longirostris : 465-472 In: (1984) Perrin, W.F., R.L. Brownell, Jr. and D.P. DeMaster (eds), Reproduction on Whales, Dolphins, and Porpoises. Cambridge: Reports of the International Whaling Commission, Special Issue 6, 495 pp.

    Les cinq sens (Baleines en direct)

    La reproduction (Baleines en direct)

    Dolphin Courtship: Brutal, Cunning and Complex (New York Times)

    (2017) Downer, Ann. The Animal Mating Game: The Wacky, Weird World of Sex in the Animal Kingdom, Minneapolis, Twenty-First Century Books : 25-27.


    Stéphanie Tremblay, assoiffée de science, s’est jointe à l’équipe du GREMM cette année, dans le cadre de son stage en rédaction professionnelle. Passionnée d’écriture, elle rédige pour Baleines en direct. Du bout des doigts, elle vous transporte dans le monde des cétacés du Québec et vous guide à travers un vaste océan de sujets.