La migration ailée à l’honneur

  • Mouette de Sabine © Samuel Denault
    Mouette de Sabine © Samuel Denault
    06 / 10 / 2017 Par Collaboration spéciale

    Un texte de Sonia Villalon

    À l’automne, la rive nord du Saint-Laurent se transforme en un corridor de migration ailée. Rapaces et certains passereaux, peu enclins à survoler de vastes étendues d’eau, profitent du rétrécissement de l’estuaire à Tadoussac pour traverser le fleuve et mettre le cap au sud. La 9e édition du Festival des oiseaux migrateurs de la Côte-Nord a profité de cette importante avifaune migratrice pour ses festivités. Dénombrement de rapaces, station de baguage pour passereaux et nyctales, croisières aux oiseaux marins, etc. ; encore cette année, l’événement organisé par l’Observatoire d’oiseaux de Tadoussac fut un succès. Plus de 400 rapaces ont été dénombrés aux dunes le 23 septembre et le lendemain, les ornithologues en mer comptaient 43 phalaropes à bec étroit, 2 phalaropes à bec large, 2 macareux moines, 2 mouettes de sabine et une mouette pygmée dans le secteur de l’ile aux Basques. Du coin de l’œil, ils captaient aussi les apparitions des grands migrateurs marins : 4 rorquals communs, 2 rorquals à bosse et un gros troupeau de bélugas.

     


     

    Sonia Villalon s’est jointe au GREMM en 2015. D’abord attirée sur les rives du Saint-Laurent par son intérêt pour les oiseaux, elle se découvre une nouvelle passion pour les mammifères marins qui la pousse alors à poser ses valises à Tadoussac. Diplômée d’une maitrise en biologie de la conservation, elle entre dans l’équipe comme naturaliste. Elle est aujourd’hui chef-naturaliste et continue son travail de vulgarisation auprès du public.