Jeune phoque dérangé à Cap-aux-Os: quoi retenir?

  • Jeune phoque commun © Marie-Claude Rancourt
    Jeune phoque commun / Young Harbour Seal © Marie-Claude Rancourt
    07 / 06 / 2016 Par Josiane Cabana

    Un jeune phoque commun a été signalé la semaine dernière sur une plage de la baie de Gaspé. Le cas a suscité beaucoup de réactions et des efforts de sensibilisation sans précédent ont été déployés de la part d’Urgences Mammifères Marins et de ses collaborateurs afin d’informer les riverains du comportement à adopter.

    Le premier signalement a été enregistré le mercredi 25 mai alors qu’une bénévole d’Urgences Mammifères Marins s’est rendue sur les lieux après avoir été informée que des riverains avaient tenté de repousser à l’eau le jeune phoque né quelques heures plus tôt. Le phoque s’était retrouvé dans un endroit achalandé. L’animal était vigoureux et émettait des cris, une situation normale, mais qui suscitait tout de même des préoccupations chez les passants. Le suivi a été assuré plusieurs fois par jour par des bénévoles. Le phoque se déplaçait, retournait à l’eau, se roulait dans le sable et était alerte. Des traces dans le sable laissaient croire que sa mère revenait allaiter sur la plage.

    Vidéo du jeune phoque le 26 mai 2016 (images: Marie-Claude Rancourt, bénévole Urgences Mammifères Marins)

    Bien que la situation semblait sous contrôle, le phoque restait susceptible de se faire déranger si des riverains ne prenaient pas connaissance des affiches de sensibilisation décrivant les consignes à respecter. C’est effectivement ce qui s’est passé dans les jours suivants: des gens ont tenté de repousser le phoque à l’eau avec un bâton, se sont allongés près de lui pour prendre des photos et ont flatté l’animal. Certains ont aussi menacé de le nourrir au biberon.

    Au 1er juin, le phoque était amaigri et son état de santé s’était aggravé. La femelle avait vraisemblablement abandonné son jeune. Le petit n’a pas été revu après le 2 juin. Au moment d’écrire ces lignes le 7 juin, une marcheuse rapportait une carcasse de jeune phoque commun dans ce secteur avec une description qui laisse croire qu’il s’agit du même animal.

    Vidéo du jeune phoque le 2 juin 2016 (images: Marie-Claude Rancourt, bénévole Urgences Mammifères Marins)

    Pour éviter qu’un cas similaire de reproduise, Urgences Mammifères Marins rappelle les consignes à respecter et les actions à entreprendre dans cette situation. Il est à noter que le Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins a élaboré des stratégies et procédures d’interventions avec des spécialistes de la faune sauvage et des vétérinaires spécialisés.

    Phénomène naturel

    Les phoques partagent leur vie entre la terre et la mer. Il est normal de voir un phoque sur les rives, particulièrement à ce temps de l’année où les phoques communs donnent naissance et allaitent pendant 4 à 6 semaines. Un phoque sur la plage n’est pas en difficulté. La seule chose à faire est de le laisser tranquille.

    Ne pas s’approcher

    Les phoques sont des animaux sauvages. Ils ne sont pas habitués aux contacts humains. Des interactions répétées avec des curieux peuvent les épuiser et leur causer un grand stress. De plus, la présence d’un humain peut effrayer la mère qui va jusqu’à abandonner son jeune.

    Ne pas le toucher ni le manipuler

    Une mère abandonnera aussi son jeune si elle ne reconnaît pas l’odeur de celui-ci. Aussi, il faut garder en tête qu’il s’agit d’un animal sauvage; un phoque peut être agressif, mordre et transmettre des maladies à l’humain. Même si les jeunes phoques peuvent se laisser approcher, ils sont imprévisibles et peuvent devenir soudainement agressifs.

    Qui plus est, un règlement canadien sur les mammifères marins rend illégal l’approche, la manipulation et l’attribution de soins si on ne détient pas de permis du ministère Pêches et Océans Canada. Ceux qui contreviennent à cette loi sont susceptibles de recevoir une amende.

    Ne pas essayer de le remettre à l’eau ni l’arroser

    Les phoques se reposent fréquemment sur le rivage ou les rochers émergeant de l’eau, il ne faut donc pas tenter d’interrompre cette activité. Les phoques peuvent demeurer hors de l’eau pendant une longue période. Le repousser à l’eau ne l’aide pas. Au contraire, ce comportement peut lui nuire.

    Ne pas essayer de le nourrir

    Sensibilisation_RQUMM

    Affiche de sensibilisation

    Si un jeune est orphelin et semble amaigri, il s’agit d’une situation naturelle et une intervention humaine n’augmentera pas ses chances de survie. Pour réduire le stress et augmenter les chances de survie d’un phoque, les spécialistes affirment qu’il est mieux de ne pas intervenir. L’action préconisée est de laisser aller la nature.

    Il existe un moratoire sur la réhabilitation au Québec; il est illégal de remettre un phoque dans son milieu s’il a été gardé en captivité pour recevoir des soins, afin d’éviter la transmission d’agents pathogènes susceptibles d’affecter d’autres populations sauvages dont le système immunitaire est affaibli, comme le béluga.

    Dans le cas où la sécurité du public est menacée (phoque agressif) et/ou si des gens ne suivent pas les consignes, merci de contacter Urgences Mammifères Marins au 1-877-7baleine. 

    Dans les médias:

    Bébé phoque à Cap-aux-Os, Radio Gaspésie, 1er juin 2016

    Que faire lorsqu’on aperçoit un phoque échoué sur la plage?, Radio-Canada, 26 mai 2016

    Le phoque commun victime de sa bouille sympathique, Le Devoir, 21 mai 2016

    Bébés phoques: même si on les trouve trop mignons, il faut les laisser en paix!, Journal Haute Côte-Nord, 3 mai 2016