Le dérangement par les bateaux d’observation

L’engouement dont les baleines sont l’objet va en croissant à l’échelle de la planète. D’après les statistiques les plus récentes, 13 millions de personnes, ont pris la mer à la rencontre des baleines en 2008. Elles ont dépensé près de 2 milliards de dollars américains dans 119 pays et territoires. On parle souvent d’écotourisme, car il s’agit d’une occasion incomparable de faire de ces animaux légendaires les ambassadeurs de la protection du monde marin. Par contre, on s’inquiète des effets des bateaux sur les cétacés.

  • Crédit photo : © GREMM

En réponse à ces inquiétudes, des codes d’éthique, guides de conduite et règlements ont été mis en place, pratiquement partout où s’offrent des excursions en mer à la rencontre des baleines. Même la Commission baleinière internationale (CBI) a adopté en 1997 des principes généraux pour encadrer l’observation des baleines dans le monde. Toutes ces directives sont inspirées de l’expérience des capitaines et des chercheurs en mer avec les baleines et, parfois, d’études scientifiques ayant documenté ce qui dérange les baleines. Mais la conception de ces études pose beaucoup de défis, les résultats sont souvent difficiles à interpréter et la réponse varie selon l’espèce, le moment de l’année, l’activité dans laquelle l’animal est engagé, etc. C’est pourquoi la CBI recommande que les règlements et codes de conduite soient évolutifs : il faut les adapter en fonction des nouvelles informations disponibles. On doit encore se demander si des changements de comportement de courte durée peuvent avoir un impact à long terme sur les baleines.

L’observation des baleines est-elle vraiment un enjeu de conservation? Jon Lien, un chercheur de Terre-Neuve qui a passé sa vie avec les baleines, a préparé en 2000 un document sur le sujet, à la demande de Pêches et Océans Canada. Il sonne l’alarme : les caractéristiques des cétacés les rendent vulnérables au dérangement. En effet, beaucoup de populations de baleines sont encore fragiles, on assiste à des changements importants et rapides dans leur environnement, ces animaux dépendent d’habitats critiques où ils se concentrent, ce qui fait que les activités d’observation de baleines se concentrent également. Le dérangement devient alors répétitif, les effets peuvent être cumulatifs, ce qui peut entraîner des effets sur leur santé et donc sur leurs chances de survie et de reproduction. Il convient donc d’agir avec prudence, en faisant le maximum pour respecter les baleines et éviter de perturber leurs activités essentielles. Il en va peut-être de l’avenir de ces animaux fascinants, et de celui des communautés riveraines qui vivent aujourd’hui au rythme des baleines.

Qu’est-ce qui dérange les baleines?

La science en résumé

  • Crédit photo : © GREMM

Voilà comment Jon Lien résume les résultats de l’ensemble des études sur le dérangement des baleines par les bateaux : les activités essentielles des baleines peuvent être interrompues quand il y a un grand nombre de bateaux, que les distances d’approche sont trop courtes, que les embarcations se déplacent trop rapidement ou trop bruyamment, ou quand les animaux sont poursuivis. Certaines études n’ont pas démontré de réaction, mais soulignaient que le comportement des baleines était aussi dicté par d’autres facteurs comme les conditions sociales et géographiques, leur état physiologique et leurs expériences passées.

Vox Pop: l’opinion des gens de la mer

Si les chercheurs sont plutôt unanimes pour dire que le dérangement des bateaux peut avoir un impact sérieux sur les baleines, il n’est pas évident de déterminer précisément quels comportements sont à proscrire. Les capitaines et naturalistes de l’industrie d’observation du parc marin du Saguenay–Saint-Laurent nous donnent leur opinion :
Ce qui dérange

  • Les déplacements rapides et répétés sur les sites d’observation.
  • Les nombreux changements de direction.
  • De nombreux bateaux bruyants (plus de cinq).
  • Les changements dans le régime du moteur.
  • Des bateaux qui encerclent la baleine.
  • Les poursuites (se déplacer rapidement et à répétition vers une baleine qui s’éloigne).
  • Un bateau qui coupe le chemin à la baleine.
  • La compétition entre bateaux pour faire une bonne observation. On oublie alors que la baleine n’est pas là pour nous, et on risque d’avoir des comportements abusifs et dérangeants.
  • Pour le rorqual bleu, toute approche rapide, même à grande distance.

 

Dernière mise à jour: 2012