Des anecdotes marquantes en attendant les prochains récits

  • Tadoussac l'hiver © Timothée Perrero
    21 / 12 / 2017 Par Marie-Sophie Giroux

    Nous voilà, fin de 2017. Qu’est-ce qui a marqué les Nouvelles du large cette année?

    Globicéphales noirs, 2017 © René Roy

    On se souvient des acrobaties des petits rorquals à l’embouchure du Saguenay, des aller-retour des rorquals à bosse entre le golfe et l’estuaire, dont plusieurs mères avec leur baleineau: Bad Chemistry, Tingley, La Souffleuse, Tic Tac Toe et Irisept – la première observation avec un nouveau-né en 20 ans de rencontres! – et du face à face inattendu de notre collaborateur René Roy avec une quinzaine de globicéphales noirs au large de L’Anse-à-Valleau. Les baleines n’ont pas été les seuls mastodontes à faire la manchette de la chronique, des requins pèlerins ont été remarqués à maintes reprises dans le golfe. Des bancs de thons rouges y étaient aussi découverts tout comme dans la région du parc marin, où une naturaliste et une capitaine les surprenaient en pleines prouesses de haute voltige.

    Le narval se trouvait encore auprès de bélugas le 20 aout

    Le narval vu en 2016 se trouvait encore auprès d’un groupe de bélugas le 20 aout 2017. © GREMM

    Les équipes de recherche n’ont évidemment pas chômé. Le 20 aout, à l’embouchure du Saguenay, deux assistants de recherche du GREMM sont ébahis: un narval nage parmi un troupeau de bélugas. Les photos qu’ils prennent permettent d’identifier le même jeune narval découvert l’été passé à Trois-Pistoles. Le 4 octobre, l’équipe du MICS recense 80 baleines incluant 10 rorquals bleus, 4 baleines noires, 30 rorquals communs et 30 rorquals à bosse! À Sept-Îles, Anik Boileau, directrice du CERSI et Jacques Gélineau, collaborateur de l’INREST, poursuivent respectivement leurs sorties sur l’eau tard à l’automne; le secteur «grouille» encore de vie! Finalement, l’équipe du Mériscope, qui photo-identifie les petits rorquals de l’estuaire depuis 2001, arrive au constat qu’il semble y avoir eu plus de jeunes petits rorquals cet été dans le parc marin.

    Fuligules milouinans © Renaud Pintiaux

    Pour revenir à cette dernière semaine des Nouvelles du large de 2017, nos observateurs sont unanimes: Tadoussac, Franquelin, Sept-Îles, Gaspé, les mentions de baleines sont rares, voire inexistantes. Une «lueur de vie» est toutefois mentionnée à Percé le 16 décembre: un grand souffle est repéré à l’ouest de l’ile Bonaventure. Puis, des phoques se reposent ici et là sur les glaces dans la baie de Gaspé. Dans la baie de Tadoussac, notre collaborateur Renaud Pintiaux rapporte aussi une importante faune ailée: des canards noirs et colverts, des petits garrots, des garrots d’Islande, des garrots à œil d’or et des fuligules milouinans.

    Puis, si cette dernière semaine a été tranquille du côté des baleines, rien n’implique que celles-ci n’y soient pas. Il n’est pas rare que certains témoins assidus nous mentionnent des observations pendant le temps des Fêtes. C’est le cas de notre collaboratrice de Franquelin qui, en 2015, nous relatait la présence d’un rorqual commun juste devant chez elle la veille du Jour de l’An.

    En attendant ces récits de la prochaine année, l’équipe des Nouvelles du large souhaite à tous ses lecteurs et collaborateurs de joyeuses Fêtes.


    Marie-Sophie Giroux s’est jointe au GREMM en 2005. Elle détient un baccalauréat en biologie marine et un diplôme en Éco-conseil. Chef naturaliste, elle supervise et coordonne l’équipe qui travaille au Centre d’interprétation des mammifères marins et rédige pour Baleines en direct. Aux visiteurs du CIMM ou aux lecteurs, elle aime raconter « des histoires de baleines ».