Yogi

- Bell Canada
  • No d'identification : DL0021
  • Sexe : Femelle
  • Naissance : Avant 1970
  • Connue depuis : 1986
  • Adoptée depuis : 1988
0021_D_BL00-090-13 0
0021_D_BLV030612_1167_0
0021_D_BLV130704_1219_0
0021_G_BLV010814_0005_0
0021_G_BLV130906_1027_0
0021_G_DL88-034-34 0

Portrait

Yogi doit son nom à la cicatrice profonde en forme d’empreinte d’ours sur son pédoncule gauche. Elle a également une profonde cicatrice sur son côté droit, au milieu du flanc, et sa crête porte aussi quelques marques.

Notre première rencontre avec Yogi remonte à l’été 1986. Elle était déjà blanche, donc elle serait née avant 1970.

Yogi est une femelle. Son sexe fut confirmé par une biopsie, l’analyse génétique d’un minuscule morceau de peau et de gras prélevé sur son dos. Elle fait partie de la communauté de femelles du fjord du Saguenay.

Clin d’œil

Yogi a été observée à plusieurs reprises avec des baleineaux. Les chercheurs du GREMM ont effectué des biopsies sur des jeunes accompagnant des femelles bien connues pour tenter de connaître le père. Il faut bien sûr que l’ADN de celui-ci soit aussi dans la banque de données. Yogi et un de ses jeunes, surnommé Boubou, ont été les premiers à contribuer à cette recherche de filiation.

Historique des observations de Yogi

Dernières nouvelles

  • 17 SEPTEMBRE 2015

    Nous décidons de sillonner le fjord du Saguenay. Près de l’anse à la Boule, nous croisons une dizaine d’animaux, des adultes, des jeunes et un veau. En raison de la large cicatrice sur son flanc gauche, nous reconnaissons facilement Yogi, qui nage au sein du troupeau. Ils sont tous très dispersés, ce qui rend difficiles nos tentatives de biopsies et la prise de photos. Après plusieurs essais, nous décidons de quitter le troupeau. Ils nagent en direction de la baie Sainte-Marguerite, qui est bien souvent la destination finale des troupeaux qui remontent le fjord du Saguenay.

    Aujourd’hui encore, on ignore pourquoi les bélugas affectionnent particulièrement cette baie. Lorsqu’ils atteignent la baie, ils y restent parfois plusieurs heures, à tourner en rond. On y observe souvent des comportements de socialisation et on y entend régulièrement leur « voix », sous l’eau comme au-dessus!

Le parrain