Tadou

- Tadoussac Elderhostel
  • No d'identification : DL1529
  • Sexe : Présumé mâle
  • Naissance : Vers 1985
  • Connu depuis : 1999
  • Adopté depuis : 2004
1529_D_BL99-049-21 0
1529_D_BLV010928_0063_1
1529_D_BLV040819_1072_0
1529_G_BL99-049-23 0
1529_G_BLV010912_0108_1
1529_G_BLV010928_0039_0

Portrait

Côté gauche ou droit, on reconnaît Tadou grâce à la forme particulière de sa large entaille en fin de crête dorsale et aux autres petits détails qu’elle contient.

Tadou a été photographié pour la première fois en 1999. À l’époque, il était gris pâle, presque blanc. À partir de 2001, il a toujours été noté comme « blanc ». Il serait donc né autour de 1985.

Les habitudes et les fréquentations de Tadou nous laissent croire qu’il s’agit d’un mâle.
De prochaines rencontres avec Tadou nous permettront peut-être de définir lequel des trois réseaux de mâles Tadou a rejoint. L’été, on observe une ségrégation entre mâles et femelles. Il existe deux réseaux de mâles qui fréquentent la tête du chenal laurentien et le fjord du Saguenay. Un autre réseau de mâles, les « Downstream boys » utilise aussi la tête du chenal et la portion aval de l’estuaire. Même si leurs territoires se chevauchent, les individus d’un réseau côtoient très peu les mâles des autres réseaux. À l’intérieur de ces réseaux, il existe des bandes, soit des petits groupes de mâles vus ensemble régulièrement.

Clin d’œil

Tadou est l’un des bélugas croisés fréquemment dans le fjord du Saguenay et son embouchure. Souvent, les bélugas utilisent les courants et la marée pour se déplacer et ainsi économiser de l’énergie. Bien qu’ils aient des caractéristiques physiques leur permettant de se déplacer aisément dans l’eau (corps hydrodynamique, puissante queue, peau lisse et nageoires pectorales stabilisantes), les bélugas demeurent, avec leur 7 km/h, les plus lents des odontocètes.

Observé(e) régulièrement avec:

Historique des observations de Tadou

Dernières nouvelles

  • 22 SEPTEMBRE 2015

    Nous sommes à la troisième et dernière semaine du programme de biopsie intensive des bélugas du Saint-Laurent. Dans l’embouchure du Saint-Laurent, nous croisons un troupeau d’une quarantaine d’individus parmi lesquels nous reconnaissons Tadou. Le troupeau est divisé en deux gros groupes: un groupe de femelles avec des jeunes, suivi d’un groupe de gros bélugas mâles.

    C’est une belle rencontre. La dernière observation de Tadou remonte à 2004. Que lui est-il arrivé? A-t-il changé de secteur? Est-il demeuré invisible à l’œil du chercheur? Chose certaine, son histoire demeure une source d’informations précieuses qui nous aident à mieux comprendre cette population fragile. Nous espérons revoir Tadou au cours des prochaines saisons.

    Dernière mise à jour : 6 novembre 2015

Le parrain

  • Tadoussac Elderhostel

    Tadoussac Elderhostel a adopté Eldy (2000), Canusa (2001), Tadou (2004), Amalena (2014) et Nomi (2015).

    Je viens à Tadoussac depuis l’âge de 8 mois (c’est-à-dire depuis 1938) et moi, ma femme, mes filles, mon gendre et mes petits enfants adorons ce pays. Nous avons été élevés avec ces baleines, et les bélugas en particulier.

    Les participants de mes groupes d’Elderhostel ont aussi été touchés pas ces merveilleuses baleines, alors on a décidé de participer à leur protection et leur préservation en versant des fonds dans le programme d’adoption. J’ai aussi décidé de « matcher » personnellement les dons qui sont faits.

    Pour en savoir plus sur Tadoussac Elderhostel, vous pouvez visiter Tadalac.com (en anglais).

    Merci,

    Benny Beattie