Mirapakon

- Les enduits MIRAPAKON Inc.
  • No d'identification : DL0204
  • Sexe : Mâle
  • Naissance : avant 1979
  • Connu depuis : 1990
  • Adopté depuis : 2017
0204_D_BL95-077-44-2
0204_D_BLV040722_1097_0
0204_G_BL95-129-18-1
0204_G_BL98-123-27 0
0204_G_BLV110919_1027_0

Ses traits distinctifs

Pour reconnaître Mirapakon, il faut regarder dans sa crête dorsale. Dans la partie postérieure, on y trouve trois entailles profondes et larges.

Son histoire

La première fois que Mirapakon est photographié, en 1990, il était déjà blanc. Le changement de couleur chez les bélugas, soit le passage du gris au blanc, survient entre l’âge de 12 à 16 ans. Mirapakon est donc né avant 1979.

En été, Mirapakon est habituellement observé dans la portion nord de l’estuaire, entre Tadoussac et Les Bergeronnes, ou dans la rivière Saguenay. Il se trouve régulièrement dans des troupeaux composés exclusivement d’adultes mâles.

Sa forte taille, ses habitudes et ses fréquentations suggèrent de toute évidence que Mirapakon est un mâle. Il est membre d’un des deux réseaux de mâles qui utilisent régulièrement le fjord du Saguenay. On connaît un troisième réseau de mâles, les « Downstream boys », qui utilise la même portion de l’estuaire, mais qui évite le Saguenay. Même si leurs territoires se chevauchent, les individus d’un réseau côtoient très peu les mâles des autres réseaux.

À l’intérieur de ces réseaux, les bélugas ont tendance à former des bandes de compagnons stables. Les compagnons les plus réguliers de Mirapakon sont Jetstream, DL0295, DL0269 et DL0159. Ces associations, qui s’établissent progressivement à l’âge adulte, sont possiblement importantes pour la vie reproductive des bélugas.

La suite de l’histoire de Mirapakon nous apprendra beaucoup sur l’évolution de la vie sociale des bélugas. C’est en comprenant comment vivent les bélugas que nous serons en mesure de mieux les protéger.

 

Observé(e) régulièrement avec:

Historique des observations de Mirapakon

Dernières nouvelles

  • 30 AOÛT 2016

    Nous profitons des belles conditions météo pour aller visiter le secteur aval où l’on rencontre régulièrement des troupeaux de mâles. Nous croisons la route de Mirapakon au large de l’île aux Basques. Il se trouve dans un troupeau d’une soixantaine de bélugas, en majorité des adultes mâles et quelques individus gris. Le troupeau est divisé en une dizaine de groupes d’environ six à quinze bélugas. Nous y reconnaissons également les mâles JP, DL0269 et DL0370.

    Les animaux sont dispersés et très actifs. Certains bélugas sortent la tête en surface, comme pour nous espionner, d’autres crachent de l’eau. Ils nagent de façon dynamique et directionnelle et tout à coup s’arrêtent, plongent et remontent plusieurs fois au même endroit. Ils s’alimentent probablement. La rencontre avec Mirapakon est également très riche sur le plan sonore. Nous entendons toutes sortes de vocalises, des grincements de porte, des sifflements et bien d’autres. Le béluga porte bien son surnom de canari des mers!

    Mise à jour : 28 novembre 2017

Le parrain