Coquine-Blanche

- Tourisme Charlevoix - Leurs Altesses Royals, le Duc et la Duchesse d’York
  • No d'identification : DL0010
  • Sexe : Présumé femelle
  • Naissance : Inconnue
  • Connue depuis : 1986
  • Adoptée depuis : 1989
0010_D_BL95-097-21-1
0010_D_BLV080826_1057_0
0010_G_BL92-016-43-1
0010_G_BL95-098-28-1

Portrait

On reconnaît Coquine-Blanche par ses trois dépressions circulaires au flanc gauche. On distingue aussi trois petites entailles dans sa crête dorsale, ainsi qu’une longue ligne blanche qui est visible depuis 1995.

Notre toute première rencontre avec Coquine-Blanche remonte en 1986. Il s’agissait alors d’un béluga juvénile. Au fil des années, sa coloration a pâli et, en 2000, elle était devenue légèrement grise. Par la suite, nous ne l’avons pas revue avant 2008; à ce moment, elle était parfaitement blanche. Le passage à la couleur blanche survient autour de 12 à 16 ans. Donc, pour le moment, l’année de naissance de Coquine-Blanche reste inconnue.

C’est sa taille et ses fréquentations qui nous laissent présumer que Coquine-Blanche est une femelle. Elle appartient à la communauté de femelles de la rive sud du Saint-Laurent.

Il était une fois…

Pendant 10 ans, Coquine-Blanche a manqué à l’appel. Que lui est-elle arrivée? Est-elle morte? A-t-elle changé de secteur? Est-elle demeurée invisible à l’œil du chercheur? Puis, en 2008, elle a réapparu dans le même secteur dans lequel elle était souvent observée autrefois, celui de l’île Verte-Cacouna. Puis on l’a revue en 2010 et en 2012.

Observé(e) régulièrement avec:

Historique des observations de Coquine-Blanche

Dernières nouvelles

  • 6 SEPTEMBRE 2016

    Nous sommes à l’embouchure du fjord du Saguenay quand nous apercevons Coquine-Blanche dans un troupeau d’une quinzaine d’individus. Le troupeau est composé d’adultes et de jeunes. Il y a aussi un nouveau-né dans le troupeau, mais nos observations ne nous permettent pas de déterminer qui en est la mère.

    Au moment de notre rencontre, le troupeau est actif, il remonte le fjord du Saguenay. Après une heure d’observation, les animaux se dispersent et prennent des directions différentes. Nous décidons de mettre le cap sur l’ile Rouge, une ile au beau milieu de l’estuaire, où l’on vient de repérer un autre troupeau de bélugas.

    Mise à jour : 10 novembre 2017

Le parrain