Bonheur

- Dawn L. Duquet
  • No d'identification : DL0476
  • Sexe : Femelle
  • Naissance : Vers 1990
  • Connue depuis : 1994
  • Adoptée depuis : 2000
0476_D_BL95-003-24-1
0476_D_BLV020918_0059_0
0476_G_BL96-054-09-1
0476_G_BLV020918_0020_1
0476_G_BLV110914_1238_0

Portrait

Le flanc gauche de Bonheur porte des marques bien différentes: des tâches grises sur sa tête, une petite ligne grise devant la crête et trois cicatrices juste avant le pédoncule. Pour le flanc droit, on utilise les détails de sa crête dorsale.

Notre toute première rencontre avec Bonheur remonte en 1994. Il s’agissait alors d’un béluga juvénile. Au fil des années, sa coloration a pâli et depuis 2002, elle est presque parfaitement blanche. Bonheur serait née au début des années 1990.

Bonheur est une femelle, son sexe est confirmé par une biopsie, l’analyse génétique d’un minuscule morceau de peau prélevé sur son dos. Pour le moment, nous ne pouvons encore déterminer à quelle communauté de femelles Bonheur appartient. En été, on retrouve une forte ségrégation sexuelle chez les bélugas adultes. Les mâles et les femelles démontrent des préférences nettement marquées, autant dans leurs associations que dans les secteurs qu’ils fréquentent. Chez les juvéniles et les jeunes adultes comme Bonheur, ce comportement n’est pas aussi marqué.

Clin d’œil

Bonheur est une femelle. Comment le sait-on? Grâce à une biopsie. On prélève un minuscule morceau de gras et de peau, dans lequel se trouvent les secrets génétiques de l’animal, à l’aide d’une arbalète qui propulse une fléchette munie d’un dard. Le GREMM fait des biopsies sur des bélugas depuis 1994 pour identifier le sexe et les liens familiaux.

Observé(e) régulièrement avec:

Historique des observations de Bonheur

Dernières nouvelles

  • 10 JUILLET 2015

    Notre bateau est situé sur la rive nord de l’estuaire maritime entre Tadoussac et Rivière-Portneuf. Nous observons un troupeau d’une vingtaine d’individus et Bonheur se trouve parmi eux. Le troupeau est composé d’adultes et de jeunes. Ils passent leur temps à plonger est à remonter à la même place. L’eau étant très clair, c’est impressionnant de les regarder bouger ainsi. Parmi le troupeau, nous repérons un petit groupe de femelles. On les distingue bien parce qu’elles sont petites et rondes. Près du bateau, nous entendons une forte respiration mais ne pouvons pas repérer l’individu à l’origine de ce bruit, ce qui est inhabituel comme situation!

Le parrain