Amalena

- Tadoussac Elderhostel
  • No d'identification : DL0393
  • Sexe : Présumée femelle
  • Naissance : Vers 1990
  • Connue depuis : 1993
  • Adoptée depuis : 2014
0393_D_BL93-141-35-1
0393_D_BLV040817_1016_0
0393_D_BLV130906_1079_0
0393_G_BL99-106-07 0
0393_G_BLV040807_1013_0
0393_G_BLV100901_1066_0

Portrait

Amalena est facilement reconnaissable même si elle n’a pas de cicatrice aux flancs. On la reconnaît grâce à une grosse entaille aux extrémités redressées, à la fin de la crête dorsale et avec les autres petites encoches de sa crête.

Connu depuis 1993, elle était légèrement grise et à partir de 2004, elle a toujours été notée blanc. Elle serait donc née vers 1990.

Ses habitudes, sa taille et ses fréquentations laissent croire qu’il s’agit d’une femelle de la communauté du Saguenay.

Anecdote

Le 1er septembre 2010, on se trouve parmi un groupe de 50 individus, c’est un «méga troupeau» dont Antarès. On observe des femelles, des mâles, des jeunes gris et des veaux. Leur comportement n’est pas orthodoxe, ils changent de directions de manière radicale. On voit des queues, des nageoires pectorales et certains individus font du «spyhopping».

L’embouchure du Saguenay est une zone de rencontre. Les réseaux de mâles bélugas y croisent les communautés de femelles avec les jeunes. De grands troupeaux s’y forment, de façon éphémère, entre autres en raison du nombre élevé de nourriture. C’est aussi le lieu de rencontre entre les eaux salées de l’estuaire maritime et les eaux saumâtres du Saguenay. La topographie, les courants, les marées et les caractéristiques des masses d’eau qui se rencontrent créent des conditions océanographiques très particulières qui piègent les proies attirant les prédateurs comme les bélugas.

Observé(e) régulièrement avec:

Historique des observations de Amalena

Dernières nouvelles

  • 3 AOÛT 2015

    Nous sommes à l’embouchure du Saguenay près de la pointe Rouge. Amalena nage en file indienne parmi une cinquantaine d’individus, comprenant des adultes et des jeunes. Le troupeau longe la côte et se dirige tranquillement vers l’amont du fjord du Saguenay. Aujourd’hui, nous effectuons plusieurs vidéos à l’aide d’un drone. En collaboration avec une chercheure de l’Aquarium de Vancouver, nous réalisons un projet pilote, à l’aide de cet outil, pour évaluer l’effet du bruit sur la communication entre les mères et les nouveau-nés. Nous aurons donc possiblement des vidéos de quelques minutes d’Amalena qui nage en compagnie de Blanche, de Céline et du bleuvet de cette dernière.

Le parrain

  • Tadoussac Elderhostel

    Tadoussac Elderhostel a adopté Eldy (2000), Canusa (2001), Tadou (2004), Amalena (2014) et Nomi (2015).

    Je viens à Tadoussac depuis l’âge de 8 mois (c’est-à-dire depuis 1938) et moi, ma femme, mes filles, mon gendre et mes petits enfants adorons ce pays. Nous avons été élevés avec ces baleines, et les bélugas en particulier.

    Les participants de mes groupes d’Elderhostel ont aussi été touchés pas ces merveilleuses baleines, alors on a décidé de participer à leur protection et leur préservation en versant des fonds dans le programme d’adoption. J’ai aussi décidé de « matcher » personnellement les dons qui sont faits.

    Pour en savoir plus sur Tadoussac Elderhostel, vous pouvez visiter Tadalac.com (en anglais).

    Merci,

    Benny Beattie